10 Bonnes raisons d'avoir un deuxième enfant


La naissance d'un enfant est le moment le plus heureux de la vie de chacun de nous, ce moment merveilleux du premier cri et de la joie partagée avec le partenaire. Si nous parlons des enfants, les émotions sont inévitablement fortes, et parmi les choses qui...

Dans Cet Article:

introduction

la naissance d'un enfant est le moment le plus heureux de la vie de chacun de nous, ce moment merveilleux de la premier cri et la joie partagée avec le partenaire. Si nous parlons des enfants, les émotions sont inévitablement fortes et font partie des choses que l'on peut faire pour soi. bébé le plus important est certainement lui donner un frère. Voir ci-dessous pourquoi, voici 10 bonnes raisons avoir un deuxième enfant.

La joie de la maternité et de la paternité

Vous ne vivez pas pour vous laisser emporter par l'amertume de la vie et les enfants adoucissent leurs douleurs: ils ont l'incroyable capacité de nous déchirer un sourire d'un simple geste ou d'un simple sourire, en plus de l'explosivité du moment joyeux de naissance. Et ce n’est jamais trop, le bonheur: faire un deuxième enfant permettra de doubler ce qui est déjà procuré du premier.

La stabilité du couple

La naissance d'un enfant bouleverse l'√©quilibre familial, autant que la p√©riode de grossesse perturbe in√©vitablement (pour le meilleur ou pour le pire) la m√®re. Mais apr√®s tout, le r√©sultat n'est rien d'autre que le partage d'une grande joie: cela profitera √©galement √† la relation du couple, gr√Ęce aux moments merveilleux o√Ļ vivre √† deux, trois et quatre personnes.

Le bonheur du premier enfant

La jalousie et les peurs de l'enfant sont facilement surmont√©es, donnant m√™me au premier enfant l'attention qu'il m√©rite m√™me apr√®s la naissance du petit fr√®re. Cela d√©pend des capacit√©s des parents, mais instinctivement, le fils a√ģn√© adorera le nouveau venu et, √† la longue, Pur sans sortir de son enfance, sera heureux d'avoir un petit fr√®re.

Responsabilité du grand frère

Celui du fr√®re a√ģn√© est un r√īle √† jouer et, du c√īt√© des parents, √™tre capable de jouer. Confier √† l'a√ģn√© des enfants des t√Ęches li√©es √† la croissance de l'enfant de la maison (seulement s'il en a envie, il est toujours aussi un enfant) facilitera l'acceptation en rapprochant le grand des parents et en limitant ainsi la jalousie. En lui enseignant, en outre, ce que cela signifie responsabilit√©!

Un nouveau compagnon de jeu

Certainement pas en premi√®re p√©riode, mais avec la croissance des enfants, si le d√©calage d'√Ęge n'est pas √©norme, le major se rendra compte qu'il a trouv√© dans son fr√®re un compagnon de jeu avec qui partager les moments de joie √† la maison: activit√©s plus saines des jeux vid√©o et de la t√©l√©vision, cela les aidera √† grandir ensemble et en retirera un b√©n√©fice social mutuel.

La vie s'est battue en deux

Lorsque les premiers intimidateurs se f√Ęchent contre l'un de leurs enfants, l'autre intervient, reste avec eux avec certitude. Et ainsi il va arriver pour toutes les gifles re√ßues de la vie, chacun des enfants saura qu'il peut compter sur son fr√®re pour se rendre si fort et pour surmonter les difficult√©s.

Apprendre à partager

Bon gré mal gré, la vie obligera nos enfants à partager quelque chose avec quelqu'un. Cela commence par le pupitre d'école, pour finir par le pupitre au travail: partager, c'est vivre ensemble, et plus vite ils apprennent, mieux c'est. La naissance du petit frère va imposer au plus grand nombre le partage de jouets, d'espaces et surtout de parents: combien de travail a déjà été fait, qui à vingt sera dans la poche...

Partage dans le mal... et pour le bien!

La naissance d'un deuxième fils libérera le premier-né de toutes ces responsabilités qu'il se sentira inévitablement responsable de rendre les parents heureux: il devra certainement satisfaire leurs attentes, il se sentira obligé de le faire (toujours selon ses attitudes!) d'un frère qui peut combler les lacunes qu'il va inévitablement laisser.

... Et puis tu vieillis...

Ce n'est certainement pas un raisonnement derri√®re le r√īle du parent, mais on peut consid√©rer qu'il a besoin de ses enfants demain. Ou, inversant l'argument, selon lequel leurs enfants sont oblig√©s de subvenir aux besoins de leurs parents, m√™me √©conomiquement. Un enfant unique fait face √† toutes ces difficult√©s seul, avec le soutien d'un fr√®re, tout change.

Plus nous sommes, mieux c'est!

Phrase typique lors de l'organisation d'une f√™te, non? Eh bien, apprenons √† traiter la vie quotidienne, chaque d√©jeuner et chaque d√ģner comme une f√™te, et √™tre sur quatre sera toujours mieux que trois! La joie qui am√®ne deux enfants est arithm√©tiquement double par rapport √† celle apport√©e par un... Bienvenue au deuxi√®me b√©b√© !!!

Conseils

Quelques liens qui peuvent vous être utiles:

  • Comment g√©rer la jalousie du fils adolescent envers son fr√®re
  • Comment g√©rer un conflit entre fr√®res
  • 7 avantages d'avoir un grand fr√®re

Vidéo: Césarienne: 10 questions et réponses sur la césarienne