Aide aux familles en Italie et dans le reste de l'Europe


Alors qu'en Italie, les aides aux familles au niveau des États sont rares, dans le reste de l'Europe, les femmes sont aidées à faire des enfants grâce à diverses prestations, contributions aux familles et à la garde des enfants.

Dans Cet Article: AIDE FAMILIALE - Et alors qu’en Italie, le nombre de naissances et de naissances est à son plus bas historique, la France serait le seul pays au monde, comme le confirme une étude de l’Institut national des études démographiques (Ined) qui a un taux de fécondité constant de 40 années. En fait, le nombre d'enfants par femme est de 2 depuis 1973 (contre 1.42 de notre pays, selon les données Istat).
LIRE AUSSI: Taux de natalité en Italie à des niveaux historiquement bas
cette baby boom en france il est motivé par une politique familiale très éloignée de la politique italienne. Depuis de nombreuses années, l’État français investit dans le soutien à la maternité, et dans l'assistance sociale et la protection des personnes en difficulté économique. Par exemple, comment lisons-nous sur CLEISS à partir du deuxième enfant à charge résidant en France, les allocations familiales sont versées sans conditions d'activité et de revenu.
Le montant des chèques au 1er avril 2014 représente environ 130 euros pour deux enfants et 166 euros pour chaque enfant supplémentaire. Il y a aussi suppléments et allocations de pension alimentaire avec certaines conditions de revenu et basé sur le nombre de composants. A ces installations s'ajoutent services de maintenance et d'accueil liée à la petite enfance.
Pour 90% des familles (sauf les plus riches), un bonus pour bébé est fourni à partir de 923 euros qui tire al septième mois de grossesse. Et jusqu'à la troisième année de la vie de l'enfant, toujours pour 90% des familles, une allocation mensuelle supplémentaire de 186 euros est prévue. Comme nous lisons sur Il Corriere, En bref, une famille de la classe moyenne avec un nouveau-né et un enfant peut recevoir une contribution de près de 7 000 €.
LIRE AUSSI Pourquoi les Italiens n'ont-ils pas plus d'enfants?
Et aussi dans le reste de l'Europe, dans de nombreux pays, soutien à la famille ils font partie des priorités de l'état. En Angleterre, par exemple, les parents perçoivent une contribution mensuelle de 100 euros pour leur premier enfant et de 164 euros pour le deuxième enfant. en Suède les familles reçoivent une subvention de 251 euros par mois. en AllemagneCependant, où le taux de fécondité est l’un des plus bas d’Europe, la contribution pour le premier et le deuxième enfant est de 184 euros.
De plus, dans de nombreux pays, il existe des contributions financières pour la garde d'enfants: en France, jusqu'à 66% des nids et frais de garderie sont couverts par des fonds publics. En Suède, les municipalités offrent des services tels que le babysitting de famille. En France également, il existe des contrôles pour couvrir les coûts du logement pris en charge par les familles en difficulté. Et si la famille est nombreuse, en France par exemple, il existe des réductions pour les piscines, les expositions et les musées.
Dans notre pays, malheureusement, l'aide au niveau des États visant à aider les familles est faible, mis à part les déductions fiscales et les initiatives régionales, ce qui explique le taux de fécondité en forte baisse depuis des années.
En savoir plus -> CLEISS
courrier

Mais combien ça me coûte?

Bébé autant que ça me coûte! (22 images) Des couches aux chaises hautes, en passant par les jeux: la naissance d'un enfant pour les familles est un drain. Mais quelque chose peut être sauvé

Vidéo: Ces migrants qui veulent s'investir pour l'Europe