Et si l'enfant préfère un parent? Voici tout ce que vous devez savoir!


Que faire si vous préférez un des parents? L'enfant peut montrer une préférence pour le père ou la mère. Voici le conseil d'une mère pour casser ce mécanisme

Dans Cet Article:

Que faire si vous préférez un des parents?

Peut-être qu'il veut que ce soit toujours maman (ou papa) pour l'habiller, le mettre au lit, le nourrir et refuser catégoriquement toute autre option: avoir un enfant qui montre une nette préférence pour l'un des parents il peut être difficile de gérer le côté pratique, et surtout le côté émotionnel. Non seulement le parent «standard B» se sent exclu ou rejeté, mais le «favori» se sent coupable ou est mis en crise par le soupçon que son partenaire n’est pas à la hauteur; En fait, comme cela arrive souvent chez les jeunes enfants, les motivations de tout cela sont loin de ce que nous imaginons et c’est que l’un des deux est plus aimé que l’autre. En bref, il n’ya rien de personnel, mais cela ne signifie pas qu’il n’ya aucune raison pour un tel comportement. Voici un guide sur la façon de se comporter face à une attitude qui ne devrait pas être diabolisée, mais même encouragée.

Test: maman ou papa: qui préfère votre enfant?

Parce que l'enfant préfère un parent à un autre

la psychologues pour enfants ils relient généralement ce comportement à la volonté de l'enfant de montrer son indépendance: il veut en quelque sorte montrer qu'il a le droit de faire ses choix, un peu comme s'il faisait des caprices parce qu'il veut absolument cette sucette (ce que nous avons oublié à la maison, bien sûr) et personne d'autre. Ou ce peut être une simple question de familiarité; elle veut maman parce qu'elle est plus habituée à elle. En tout cas, dans la grande majorité des situations, il s’agit d’une phase: dans un mois, on pourrait commencer à montrer une forte préférence pour le parent opposé!

Pourquoi est-ce un bon signe?

Les événements de préférence pour l’un des parents, qui se transforment souvent en véritables caprices, sont une attitude typique de deux ou trois ans, quand un enfant est très capable de vouloir nourrir uniquement des pâtes blanches pendant une semaine et la semaine suivante. affirmer qu'il le déteste. Bien que difficiles à gérer, ce sont des étapes de croissance: préférant un parent à un autre, l’enfant se révèle capable de développer des relations privilégiées avec des individus et d’avoir compris qu’ainsi toute l’attention lui était réservée. En outre, apprenez à traduire vos sentiments en mots, faites des choix et exercez une influence dans votre environnement.

Quoi ne pas faire s'il y a un parent préféré

La première chose à faire est d'éviter attitudes enfantines, comme satisfaction personnelle si vous êtes le parent préféré ou vice versa, pitié, peut-être à haute voix et devant les enfants eux-mêmes, sinon. Les victimes sont interdites et il est interdit de se concentrer sur le sentiment de culpabilité: il y a un besoin plutôt que de maturité et de collaboration entre les parents. En particulier, le «favori» ne doit pas manquer l’occasion d’améliorer le partenaire aux yeux de l’enfant et permettre aux deux de passer du temps de qualité seul, sans interférence.

Comment débloquer la situation

Nous avons parlé de temps de qualité: vous aurez peut-être remarqué que le parent préféré est parfois le père, car pendant que la mère se voit déléguer toutes les tâches ingrates et déplaisantes de l'enfant - comment le changer, l'habiller, prendre un bain, le pousser à manger et dormir à son heure... - le père est celui qui le fait seulement jouer et divertir; de plus, il est moins présent et donc plus frais que les énergies à lui consacrer. Dans tous les cas, nous devons veiller à ce que parent et enfant puissent gagner du temps pour effectuer des activités amusantes et sans que l'adulte ne distrait son attention en le tournant vers son smartphone ou son téléviseur. En outre, les parents peuvent commencer à jouer à tour de rôle dans les rituels fixes de l'enfant, par exemple lire l'histoire ou prendre un bain le soir, afin de rééquilibrer un peu leurs rôles.

Fixer des limites

En bref, pour casser ce mécanisme, le système le plus recommandé est de… sortir de la scène. Le parent "préféré" devrait aider l'autre à gagner la confiance de l'enfant en s'absentant pour de courtes périodes - une commission, un déjeuner avec un ami, une promenade. Et même quand il est à la maison, il devrait apprendre à prendre du recul: "Chérie, je dois cuisiner maintenant, mais papa peut t'aider à résoudre ce casse-tête." D'un autre côté, le parent qui se sent rejeté doit mettre de côté sa propre déception et son sens de la déception. insuffisance (qui, nous l’avons vu, ne sont pas motivés), armez-vous de votre patience et ne vous arrêtez jamais de montrer votre amour pour l’enfant, même s’il le refuse: il existe entre vous un lien spécial, une affection authentique, même temporaire. c'est en arrière plan.

Rappelez-vous que ce sont les enfants: à vous d'être vraiment des adultes, maintenant que vous êtes parents.

Vidéo: 6 choses que les enfants n’héritent que de leurs pères