L'effondrement des vaccinations en Italie


Nous assistons à une diminution des vaccinations obligatoires et facultatives. Organisation mondiale de la santé: L'Italie pire que les pays de l'Est

Dans Cet Article:

Diminution des vaccinations

Les parents italiens se méfient de plus en plus de la vaccins et il est démontré par le déclin des vaccinations infantilesi qui a été enregistré ces dernières années.

L'alarme provient des données du ministère de la Santé et de l'Istituto Superiore di Sanità: pour la première fois, le pourcentage d'enfants vaccinés a diminué en dessous de 95% recommandé par le plan de prévention.

Une tendance qui inquiète tout le monde, non seulement les institutions de santé nationales, mais aussi les institutions internationales. L’Organisation mondiale de la santé avait déjà battu l’Italie pour ces données négatives et le fait encore une fois en déclarant que l’Italie se trouve dans le pire secteur de la vaccination des pays de l’Est.

Données sur la baisse des vaccinations

Le ministère de la Santé a publié les chiffres relatifs à couverture de vaccination à 24 mois par rapport à l'année 2014 (cohorte de naissance 2012).

Les couvertures contre poliomyélite, tétanos, diphtérie, hépatite B et coquelucheet (pratiquement le soi-disant hexavalent qui est considéré comme obligatoire par les autorités de santé et qui est pratiqué au cours de la première année de vie) est tombé en 2014 à moins de 95%. La couverture pour leHaemophilus influenzae b (Hib), également inclus dans l'exavalent, égal à 94,5%.
La baisse significative concerne également la Vaccination MPR, c’est celui contre la rougeole, les oreillons et la rubéole, qui a diminué de 4% par rapport à 2013.

Au cours de la période 2012-2014, la réduction la plus importante de la couverture vaccinale est survenue, principalement liée au vaccin MPR. Ce qui montre qu'il ne s'agit pas d'une désaffection temporaire des parents vis-à-vis des vaccins, mais d'une tendance consolidée qui se renforce d'année en année.

Les risques de diminution des vaccinations ils sont principalement liés à la perte du soi-disant "immunité de troupeau": Les personnes qui ne sont pas vaccinées (peut-être parce qu’elles sont malades ou avec un système immunitaire compromis ou des nouveau-nés) sont également protégées grâce à ces 95% de la population vaccinée.

Vaccini, un choix conscient

Les raisons de la baisse des vaccinations

Compte tenu de ces données, l’Institut Supérieur de la Santé a fait une réflexion détaillée d’où il ressort que le principal problème concerne craintes - démotivé - des parents concernant les dommages potentiels causés par les vaccins.

De plus, beaucoup de parents sont limités à ne faire que les premiers vaccins en s'arrêtant après la première année de vie parce qu'ils considèrent que des vaccins sont inutiles.

Comme le souligne l'ISS, les parents d'aujourd'hui ont grandi sans aucune connaissance des maladies qui peuvent maintenant être prévenues grâce aux vaccins et qui ont causé par le passé des millions de décès ou d'invalidités graves.

Vidéo: L'obligation vaccinale en question