Le cri du nouveau-né: un acte naturel et spontané


Au départ, le fait que la nouvelle mère comprenne ce qu’il veut communiquer avec votre enfant en pleurant est une source de grande préoccupation, mais n'oubliez pas que l’enfant l’utilise pour communiquer de nombreux besoins différents.

Dans Cet Article:

LES CAUSES D'UNE USINE DE NOUVEAU-NÉ -Par le Dr. Giuliana Apreda, psychologue et psychothérapeute

Le cri du nouveau-né peut être une source de grande inquiétude et d’inquiétude pour les nouveaux parents, mais c’est en réalité sa principale forme de communication.

Juste né, et dans les premières semaines de la vie, le petit n'a pas le conscience de pleurer et maman court aussitôt vers lui; cependant, avec le temps, il commence à comprendre cette relation de cause à effet et commence à utiliser les pleurs pour communiquer un besoin, une protestation, un malaise ou une demande d'attention.

Le premier cri du nouveau-né: la vidéo la plus douce

Des enfants ils pleurent plus que d'autresmais cela ne signifie pas que le bébé qui pleure dans une moindre mesure grandit mieux que celui qui fait entendre ses cris plus fréquemment. En vertu de ce que nous venons de dire, crier comme moyen de communication, c'est positif le fait que votre bébé pleure, et si cela ne se produit pas, vous devriez vous demander ce qui empêche l'enfant de s'exprimer à l'aide de cet outil.

Comme le souci d’une mère, surtout s’il s’agit de la première expérience avec un nouveau-né, est d’apprendre à reconnaître type de besoin exprimé par l’enfant qui pleure, je pense qu’il est utile de savoir que certaines études ont décrit les caractéristiques qui distinguent les types de pleurs. Ces différences sont plus ou moins remarquables, ce qui peut s’expliquer théoriquement, mais chaque mère doit savoir comment retrouver chez son enfant, en s’adaptant à la manière personnelle de pleurer de son bébé.

Pleurer de la faim

Il se caractérise par un son aigu suivi d’une inspiration, il s’accompagne également d’une sorte de sifflet, suivi d’un courte période de silence. Parfois, surtout au début, le cri de la faim se manifeste par un pleurnicher auquel le nouveau-né s'interpose avec des mouvements d'ouverture et de fermeture de la bouche.

cry-baby-come-interpréter

Le cri de rage

C'est le genre de pleurs qui a plus diversifications selon les enfants. En fait, le timbre plus ou moins aigu dépend de la force avec laquelle l'air traverse les cordes vocales. En tout cas, il est facile à reconnaître car il est aigu, persistant, insupportable à l’écoute.

"La méthode de pleurer" du point de vue d'un nouveau-né

Le cri de douleur

Il se manifeste en quelque sorte indubitableet donc la mère parvient à le distinguer rapidement de tous les autres types de pleurs. Il est caractérisé par un premier cri suivi d'un moment de silence et d'une profonde inhalation, générant à leur tour une série d'autres cris proches, de plus en plus incessants et aigus. Le cri qui met en évidence un symptôme douloureux est également reconnaissable par un série de mouvements que l'enfant exécute: en fait, il peut contracter ses jambes et émettre de l'air.

Dans ce cas, l'enfant est affecté par douleur abdominale sévère, les soi-disant contractions gastro-coliques, assez fréquentes après l’alimentation, au cours des trois premiers mois de la vie. Dans un tel cas, il est utile de l'étaler sur le ventre (l'enfant aura tendance à se retrousser les jambes et à assumer la position avec le "seder up"), ou à le prendre dans ses bras, en le faisant pivoter et en le câlinant.

Le cri de frustration

On peut envisager une variante du cri de douleur. Elle se traduit par un cri suivi d'une longue inhalation, souvent accompagnée d'une sorte de sifflement. Ce type de pleurs se produit lorsque l'enfant est emmené avec quelque chose qui avait "attrapé" sa concentration ou son intérêt (par exemple, s'il manque le mamelon ou le biberon et qu'il a toujours faim).

Le cri mélancolique

Certains nouveau-nés ont tendance à pleurer ou à se plaindre sans raison apparente. Ils ont été nettoyés et soignés avec amour, ils ont suffisamment mangé, ils sont habillés de manière à ne souffrir ni de la chaleur ni du froid: pourtant ils pleurent! C’est la situation typique dans laquelle maman il ne sait plus quoi faire. Cependant, en faisant un peu attention, on remarque que cette situation se produit souvent inconfort de l'enfant se produit principalement au début de la soirée.

Dans ce cas, un enfant est particulièrement sensible au rythme de la succession jour-nuit et vice versa. Se plaindre ou pleurer est un moyen de basculer musicalement et autoconsolarsi pour l'avènement de l'obscurité qui détermine en lui une sorte de tristesse et de mélancolie.

Parfois, cependant, la plainte peut entraîner des pleurs qui la rendent inconsolable, surtout si la mère ne la prend pas rapidement pour la prendre dans ses bras et le rassurer par le contact peau à peau.

Comment calmer les pleurs du bébé. Voir le tutoriel

Comment réagir et se comporter?

Il faut toujours ramasser le bébé, ou le berce, quand il pleure? Le sujet fait continuellement l'objet de discussions entre mères, parents, familles et entre maman et pédiatre, car chacun a sa propre théorie. La plus grande préoccupation est de gérer le risque de "gâcher" le bébé s'en soucie dès qu'il commence à pleurer. Nous pensons que sur ce point il faut avant tout le bon sens: parfois, le bébé pleure parce qu'il a sommeil et il est donc utile de le bercer jusqu'à ce qu'il s'endorme.

Il doit probablement ressentir un plus grand sentiment de sécurité pour s'abandonner au sommeil. il est inutile de le laisser pleurer en espérant qu'il se calmera tout seul, car le résultat sera exclusivement de le faire bouger au point de le contrarier et de le rendre plus difficile à se reposer.

Comment reconnaître les raisons pour lesquelles le bébé pleure

Quand il est très petit, le nouveau-né conçoit la mère comme quelque chose qui ça fait partie de soiet le sentiment d'être déconnecté le terrifie. Par conséquent, le ramasser pour dormir ou quand il se réveille la nuit ne veut pas dire "gâcher", mais seulement rassurer.

Lentement, l'enfant devra apprendre à se passer de la présence assidue de la mère, mais sera plus capable de le faire plus il aura la sécurité que l'entité mère existe, bien que distincte de lui et il l'aide, quand il en a besoin.

Vidéo: L'IVG chirurgicale ou IVG par aspiration - Allô Docteurs