Grossesse extra-utérine, symptômes, causes et comportement


Quels sont les symptômes et les causes d'une grossesse extra-utérine? La sage-femme nous dit quelles sont les conséquences et comment se comporter dans ce cas

Dans Cet Article:

Grossesse extra-utérine

la grossesse extra-utérine ou grossesse extra-utérine c’est une forme particulière de grossesse qui va être implantée dans un endroit différent de l’habituel, c’est-à-dire hors de l'utérus. Normalement, après avoir été fécondé, un œuf se déplace le long des tubes et s’ancre dans la paroi interne de l’utérus, où il grandira et formera le bébé. Parfois cela ne se produit pas, comprenons pourquoi, comment le remarquer et quelles en sont les conséquences.

Si on considère le grossesse extra-utérine nous devons comprendre où cet œuf finit par s’implanter plus probablement quand il n’entre pas dans l’utérus. Certes, 80% des cas ont une grossesse positionnée dans les trompes, puis l'abdomen (en dehors du bassin) est constitué par l'ovaire et le col de l'utérus. Aujourd'hui, nous traitons principalement de la grossesse tubaire, la forme la plus courante et la plus dangereuse.

Tout d’abord, nous pouvons dire que ce n’est pas un événement si rare et les dernières données épidémiologiques ont montré (aux États-Unis) une tendance à la hausse. Toujours statistiquement parlant (attention la statistique détecte les probabilités et non la certitude absolue), cela semble être plus fréquent chez les femmes qui ont déjà eu des enfants plutôt que chez les femmes au premier enfant.

Sixième semaine de grossesse

Quelles sont les principales causes de grossesse extra-utérine?

Il existe de nombreuses causes ou facteurs qui facilitent la nidification de l'œuf fécondé dans le tuba ou dans un siège hors de l'utérus, je vais essayer d'illustrer brièvement les plus courants. Disons que nous pouvons diviser les causes en deux grands groupes: le premier concerne toutes les causes qui empêchent le passage de l'embryon à l'utérus; et le deuxième groupe sont tous les facteurs qui facilitent la nidification en dehors de l’utérus.

Les causes suivantes appartiennent au premier groupe:

  • iposviluppo des organes génitaux internes, en particulier, le tuba, qui ne possède pas une musculature suffisante, ne peut pas pousser l'œuf en avant, vers l'utérus.
  • ou tubes très longs et sinueux ou avec malformations (par exemple des obstructions ou des torsions qui ne permettent pas le passage de l'œuf). Dans les deux cas, l'ovule "dépasse le temps maximum" pour atteindre l'utérus et décider de nidifier dans le tuba.
  • Il ne faut pas sous-estimer un autre facteur, à savoir la présence de certains infections bactériennes qui créent un état inflammatoire. L'état inflammatoire provoque une restriction des trompes et réduit l'espace dans lequel l'ovule peut passer. Une attention particulière devrait être accordée à deux micro-organismes: Chlamydia Trachomatis et Neisseria Gonorrhoeae.

Le deuxième groupe de causes, concernant les facteurs facilitant la nidification au niveau des tubes, appartient principalement à une affection également très courante et en croissance ces dernières années.

  • endométriose tubaire. Cette pathologie modifie la couche interne des tubes en la rendant similaire à la couche interne de l'utérus et par conséquent "confond" l'ovule qui trouve un terrain fertile où se nicher.

Existe-t-il des symptômes de grossesse extra-utérine et quels sont-ils?

Malheureusement, il y a deux cas, c'est-à-dire qu'il y a des femmes qui ont des symptômes et des femmes qui n'en ont pas du tout. Et malheureusement, les symptômes apparaissant lors d’une première grossesse extra-utérine sont souvent sous-estimés car ils ressemblent beaucoup à ceux d’une grossesse physiologique. Alors ils présentent nausée, légère douleur abdominale rapporté au spécialiste avec ces mots "comme si j'avais toujours un poids dans la région des ovaires ou du bas-ventre". Par la suite, lorsque la grossesse progresse, les signes typiques d’un avortement spontané peuvent apparaître, puis une perte de sang, même continue avec l’expulsion de matériel filamenteux ou de petites masses. La douleur augmente et devient de type colique rénale ou intestinale. Dans ces cas, il est nécessaire, quelle que soit la grossesse extra-utérine, de se rendre immédiatement à l'urgence.

Qu'advient-il du test de grossesse?

Lorsqu’une grossesse est en cours, le test sera positif comme si l’implant s’était produit directement dans l’utérus. En particulier, nous pouvons observer des valeurs de beta-hcg dans le sang légèrement inférieures à la norme: à 6 semaines, une valeur supérieure à 2000 mU / ml, mais inférieure à 15600 mU / ml. Nous pouvons également noter que cette valeur n’a pas la tendance de croissance normale que l’on retrouve au cours d’une grossesse utérine normale. En fait, il ne double pas en 48 à 72 heures, il se développe mais plus lentement. cette croissance si anormale de la valeur bêta-hcg nous devons soupçonner que quelque chose ne va pas et nous amener ensuite à enquêter sur la situation au moyen d'examens supplémentaires.

Échographie et grossesse extra-utérine

Comme nous l’avons déjà dit, si la posologie de bêta-hcg est suspecte, le gynécologue vous prescrira des examens approfondis et ultrason c'est l'un d'entre eux. Normalement, une sonde transvaginale est utilisée pour effectuer ce type d'échographie. La raison en est qu'il parvient à se rapprocher des organes affectés sans être obstrué par la vessie et éventuellement par l'intestin. Voici ce qui se passe lors d'une échographie dans laquelle une grossesse extra-utérine est suspectée. La première étape de la grossesse consiste à rechercher l'utérus et ses modifications. À 6 semaines (puis environ 2 semaines après le manque de menstruations), il est déjà possible de voir la chambre de gestation comme une tache sombre au centre de l'utérus. Dans la grossesse extra-utérine, cette tache n'est pas là. L'utérus est vide, de la même forme que chez une femme non enceinte. À ce stade, la sonde à ultrasons part à la recherche des ovaires et des tubes, les premiers devant être clairement visibles sous forme de masses arrondies; ces derniers ne sont pas très visibles car les murs sont placés côte à côte. Au lieu de cela, on trouve: l'ovaire visible, mais les tubes très dilatés, avec une chambre de gestation à l'intérieur et parfois une masse similaire à celle de l'ovaire à l'intérieur (l'embryon). Dans certains cas, il est également possible de voir du liquide libre dans l'espace situé entre l'utérus. À ce stade, le diagnostic est pratiquement fait. Cependant, je voudrais souligner que ni l’échographie sans dosage de bêta-hcg, ni l’inverse, la bêta-hcg sans échographie ne peuvent permettre de poser un certain diagnostic.

Une fois le diagnostic posé, que se passe-t-il? Comment procéder

Gestion, la gestion d'une grossesse extra-utérine est assez compliquée. Plus que toute autre chose pour décider comment résoudre la situation, quelle approche utiliser. Cela dépend beaucoup de la structure à laquelle vous vous adressez. Ce qui est essentiel, c’est bien d’aller à l’hôpital, car ce type de grossesse ne peut pas continuer, sinon le risque de mort pour la mère. Ainsi, le gynécologue qui a posé le diagnostic vous dirigera vers une structure appropriée. À ce stade, il existe trois types d’approches différentes pour le traitement de la grossesse extra-utérine.

  1. Bien que de nombreuses études confirment que plus de la moitié de ces grossesses (s’il n’ya pas de symptômes et que la masse des trompes est très petite) se résolvent spontanément avortement il est difficile de prendre en compte ce comportement d’attente. La raison en est qu’on craint trop de dépasser la limite du risque de la vie pour les femmes.
  2. La deuxième approche est le type pharmacologique. Un médicament particulier est utilisé qui interfère avec la production de l'ADN embryon correct et avec la croissance du tissu qui deviendra ensuite le placenta. Le schéma d’administration et de suivi de ces médicaments, ainsi que les contrôles ultérieurs, dépendent beaucoup de l’hôpital et des protocoles qu’ils ont décidé de mettre en œuvre.
  3. Enfin l'intervention chirurgicale de enlèvement. Malheureusement, dans certains cas (et même s’ils ont pris le médicament), il n’est pas possible d’intervenir autrement que par un enlèvement chirurgical du tuba, partiellement ou complètement, dans lequel l’implant a eu lieu. C'est clairement une approche invasive mais peut sauver des vies si d'autres approches ne sont pas possibles. Le retrait d'une partie ou de la totalité du tuba n'exclut pas la possibilité de futures grossesses, car le tube controlatéral reste actif. Il a été observé que dans certains cas, même si l'ovule est fécondé du côté où le tuba est absent, il est capable d'atteindre l'utérus ou même de migrer et de s'introduire dans l'autre tuba garantissant la grossesse. Bien sûr, l’approche chirurgicale peut sembler radicale, mais le risque auquel vous faites face est très grave: une fois l’oeuf implanté, des enzymes peuvent éroder la paroi (dans l’utérus, cela sert à lier les vaisseaux sanguins du placenta à ceux de la mère. ) et forment de grands trous. La rupture du tuba provoque une hémorragie puissante et par conséquent l'urgence de la vie de la femme. Avec ce sujet, je ne veux pas créer d’alarmes injustifiées chez les femmes qui n’ont aucune raison.

Le premier contrôle pendant la grossesse, qui est normalement effectué après avoir détecté le test positif, est en mesure de déterminer immédiatement le chemin à suivre. Il suffit donc de procéder à des contrôles périodiques réguliers pour réduire pratiquement à néant les risques de subir les conséquences les plus graves de la grossesse extra-utérine.

Vidéo: 7 signes précoces qui prouvent que vous êtes enceinte