Le ius soli arrive pour les enfants étrangers nés en Italie


Un premier oui de la Chambre a ouvert la voie à l'adoption du ius soli en Italie, disposition qui permettra aux enfants nés dans notre pays en tant que citoyens immigrants d'obtenir la citoyenneté italienne.

Dans Cet Article:

Ius seul pour les enfants d'immigrés

Un premier oui de la Chambre a ouvert la voie àadoption du ius soli en Italie, disposition qui permettra à la les enfants nés dans notre pays en tant que citoyens immigrants pour obtenir la citoyenneté italienne. Le ius soli est maintenant pratiqué sous une forme plus ou moins tempérée par certains pays européens; même en Italie, ce projet de loi, s'il est approuvé par le Parlement, comportera certaines restrictions.

Mais voyons en détail ce qui est une nouveauté qui a créé une discussion animée entre les différentes factions politiques. Le ius soli s'oppose au ius sanguinis, c’est là que la citoyenneté est déterminée par la filiation. Comme on le sait, les États-Unis sont la capitale du ius soli et ce droit est également appliqué dans d’autres États américains. Le sujet a toujours fait l'objet de nombreux débats et à ce jour, l'Italie parmi les pays européens est l'un de ceux qui appliquent les règles les plus restrictives. Par ailleurs, seule la France pratique le ius soli, si toutefois aussi les parents sont nés sur le territoire.

"Ius soli": Kyenge choisit-il Balotelli (un père qui ne reconnaît pas sa fille)?

Mineurs nés en Italie qui auront la citoyenneté

  • Toutefois, selon le nouveau texte approuvĂ© par la commission, tous les enfants nĂ©s en Italie auront la citoyennetĂ©, Ă  condition qu'au moins un des parents rĂ©sident depuis au moins cinq ans, ou qui est nĂ© en Italie et y rĂ©side depuis au moins un annĂ©e.
  • Par exemple, si un enfant est nĂ© en Italie de parents qui y rĂ©sident depuis trois ans, il sera citoyen de deux ans.
  • En outre, la citoyennetĂ© italienne doit ĂŞtre approuvĂ©e par l'un des parents, au moyen d'une dĂ©claration figurant sur l'acte de naissance. Et dans les deux ans qui suivent l’achèvement de l’âge, vous pouvez renoncer Ă  la citoyennetĂ© italienne si vous possĂ©dez une autre citoyennetĂ©.

Outre les enfants nés sur le sol italien, ceux qui sont nés à l'étranger participent également à la réforme mais ont immigré en Italie à l'âge de 12 ans: dans ce cas, outre la déclaration de volonté, il sera nécessaire "d'assister régulièrement, pendant au moins cinq ans sur le territoire national, à des établissements d'enseignement appartenant au système éducatif national ou à des filières d'enseignement et de formation professionnels propres à l'obtention du titre professionnel".

Au lieu de cela, les enfants arrivés en Italie entre 12 et 18 ans peuvent avoir la citoyenneté si elles y résident depuis au moins six ans et si elles ont fréquenté "un cycle scolaire avec l’obtention du titre final". Il a été calculé que, si la disposition entre réellement en vigueur, il y aura un million de nouveaux enfants italiens. Le texte est le résultat d'une synthèse entre 24 propositions et a été présenté par l'eurodéputée démocrate Marilena Fabbri, en révision de la loi précédente 91/1992.

Approfondir

  • le inkiesta
  • La gazette
  • La Stampa

Vidéo: LA GAUCHE À L'ÉPREUVE DE L'IMMIGRATION - VRAIMENT POLITIQUE