Comment aider les enfants et les jeunes Ă  faire face au deuil


Suggestions pour faire le deuil des enfants: le psychologue explique comment les aider Ă  faire face Ă  la perte d'un ĂȘtre cher

Dans Cet Article:

Conseils pour développer un deuil avec les enfants

Le deuil reprĂ©sente un Ă©vĂ©nement important dans la vie de chacun. Il peut rĂ©sulter d'une sĂ©paration, d'un dĂ©cĂšs ou d'un Ă©vĂ©nement catastrophique. Le dĂ©cĂšs d'un membre de la famille proche est l'Ă©vĂ©nement le plus stressant auquel une personne puisse ĂȘtre confrontĂ©e. Mais cela affecte aussi les plus petits. Alors, comment aidez-vous les enfants et les adolescents Ă  faire face Ă  un deuil?

Pour les enfants et les jeunes, il est beaucoup plus pénible de le supporter perte d'un parent ou d'un parent à laquelle ils étaient liés, par exemple un frÚre. Un parent représente un point de référence, une pierre angulaire de la croissance et de la définition de chaque sujet, tandis que les frÚres sont des compagnons de jeu, de confrontation et de compétition. Le processus d'identification se déroule précisément en relation avec leur présence, ce qui, s'il y en a moins, tend à confondre et à désorienter.

Aidez l'enfant Ă  accepter la perte d'un ĂȘtre cher

Les enfants Ă©prouvent un sentiment de dĂ©sespoir, peuvent devenir hyperactifs, se fermer et parfois se blĂąmer pour ce qui est arrivĂ©. MĂȘme les garçons ressentent un sentiment d’affliction et d’angoisse et il n’est pas facile de pouvoir les gĂ©rer, surtout dans cette phase dĂ©licate du dĂ©veloppement. Ils peuvent donc manifester un dĂ©sintĂ©rĂȘt apparent ou toujours paraĂźtre distraits ou sortir en permanence avec des amis qui «s'Ă©loignent» et «refusent» la douleur pour ne pas peser sur les Ă©motions familiales.

L’absence d’un ĂȘtre cher implique un sentiment de vide et de solitude il faut en tenir compte et Ă©viter la prĂ©sence d'autres personnes, car cela peut mĂȘme aider ceux qui ont des relations avec des enfants et qui ne savent pas comment faire. Une initiative rĂ©solument importante et trĂšs importante est celle lancĂ©e par « solimainsieme.it"Une fondation qui s'occupe de suivre et de soutenir les personnes et leurs familles dans la derniĂšre phase de la maladie. Leur activitĂ© propose la prĂ©sence d'un site sur lequel tous sont prĂ©sents conseils et astuces pour ĂȘtre capable de faire face Ă  un deuil et ĂȘtre capable de communiquer avec les plus jeunes, ce qui est difficile pour beaucoup.

En effet aider les adultes Ă  comprendre les rĂ©actions des enfants face Ă  une perte significative, c’est le sens de cette fenĂȘtre qui permet d’acquĂ©rir une plus grande prise de conscience et une meilleure gestion de la situation de nombreuses façons dramatiques. De nombreux parents, par crainte de commettre des erreurs ou de ne pas savoir quoi dire ou par crainte de se blesser, Ă©vitent d’ĂȘtre confrontĂ©s Ă  la conversation ou de "consoler". Parfois, en fait, on reste simplement silencieux, ce qui entraĂźne un Ă©chec dans le traitement du deuil c'est-Ă -dire la transmission d'un message: "il est tabou d'en parler" ou "il n'est pas permis de parler de cela".

Ne pas faire face Ă  la situation signifie cĂ©der le pas Ă  une douleur qui n’est pas pleinement vĂ©cue, qui n’a pas eu de libertĂ© Ă  long terme, il se transforme en dĂ©pression, mĂ©lancolie, tristesse, peur de l'abandon et de la contrainte. C’est donc le but de "solimainsieme.it": fournir un espace protĂ©gĂ© dans lequel les enfants peuvent exprimer des pensĂ©es, des Ă©motions, des doutes et partager leur expĂ©rience avec des pairs qui ont vĂ©cu des situations similaires. En parler est le moyen le plus direct de faire face au mĂ©contentement cela doit ĂȘtre vĂ©cu et compris.

Face Ă  des Ă©vĂ©nements singuliers, «protĂ©ger» l'autre personne n'a pas toujours pour fonction d'Ă©viter la souffrance, mais pourrait au contraire ĂȘtre un prĂ©curseur d'angoisse plus profonde. Partager la douleur et les accueillir chaque fois qu'ils en ressentent le besoin, c'est un aspect importantr leur faire comprendre qu’ils ne sont pas seuls, ils ont donc le sentiment de ne pas avoir Ă©tĂ© «abandonnĂ©s» une seconde fois et ont donc quelqu'un Ă  «soutenir». Il est essentiel de continuer Ă  maintenir «la capacitĂ© de maintenir la confiance dans des conditions susceptibles de provoquer la mĂ©fiance» (Bowlby, 1982).

Vidéo: Grandir - Comment annoncer la mort d'un proche à un enfant ?