Je ne vaccine pas mon enfant. Voici pourquoi


Le responsable pédagogique de BeHappyFamily exprime son point de vue sur les vaccins à soumettre aux enfants

Dans Cet Article: Je n'ai pas vacciné mon enfant. Ou plutôt, j'ai fait le premier rappel à 3 mois, le second à 5 mois et ensuite assez. Je me suis demandé s'ils m'avaient fait signer un libération dans lequel ils ont décliné toute responsabilité pour les dommages causés par le vaccin. J'ai été informé parce qu'il me semblait étrange que quelqu'un me contraigne à faire quelque chose pour mon fils en se déchargeant de ses responsabilités. sui vaccins il n'y a pas de véritable information de base; le pédiatre les prescrit et vous les faites, parce que tout le monde les fabrique et que tout le monde les a toujours faites. En réalité il n'y a personne obligation de vaccination (LIRE) depuis 2001 et personne ne le sait.
LISEZ AUSSI: VACCINERAI VOTRE FILS: 58% DES UTILISATEURS SONT CONTRAIRES
Pourquoi les vaccins sauvent-ils des vies, mais quand la vie vous écrase? Parce que personne ne parle de dommages de vaccin? Nous n'avons pas le droit, nous les parents, de prendre conscience de ce que nous donnons à nos enfants? Nous sommes tellement attentifs à ce qu’ils mangent, à l’air qu’ils respirent et ensuite nous ne voulons pas nous renseigner sur les vaccins? en cliniques pédiatriques ils vous informent dommages dus à la rougeole (LIRE), il y a des affiches sur la perturbation pédiatrique de votre enfant qui sont étouffées avec un morceau de jambon, mais rien, pas même un petit dépliant qui vous dit ce que sont les vaccins, à quoi ils servent et comment ils devraient être administrés. Je suis inscrit dans COMILVA un comité de parents et d'associations désirant plus d'informations sur les vaccins. Beaucoup d’entre nous n’ont pas vacciné, d’autres le font et en subissent les conséquences: ils voient leurs enfants empoisonnés par les métaux lourds contenus dans les vaccins. Je ne le souhaite à personne. Avec cet article, je ne veux pas crier au monde que vous n’avez pas à vacciner. Je veux juste demander aux parents de se renseigner bien avant de décider, tout comme ils vous informent quand ils viennent à l'école pour choisir le meilleur pour leur enfant. Je me souviens que les vaccinations n’étaient plus obligatoires depuis 2001. L’école accueille également les enfants non vaccinés, comme le mien et beaucoup d’autres.
LIRE AUSSI: IDENTIFICATION DES PARENTS CONTRAIRES AUX VACCINS
Voici les mythes sur les vaccins Je voudrais que vous réfléchissiez avant de soumettre vos enfants à la vaccination:
Mythe n° 1: Les vaccins sont-ils complètement inoffensifs?
VERS (Food and Drug Administration) Le VERS reçoit 11 000 rapports par an sur le VERS (système d'effets indésirables du vaccin). réactions indésirables aux vaccins, dont 1% représente les décès causés par les réactions au vaccin. La plupart des décès sont attribuables à la vaccin anticoquelucheux (LIRE). Des études internationales ont montré que la vaccination est une cause du syndrome de mort subite du nourrisson
Mythe n° 2: Les vaccins sont-ils très efficaces?
La littérature médicale possède un nombre surprenant de recherches qui documentent la échec du vaccin. Des épidémies de rougeole, d'oreillons, de variole et de poliomyélite se sont produites dans les populations vaccinées. En 1989, le CDC (Centre de prévention et de contrôle des maladies) rapportait: ... dans les écoles où le taux de vaccination est supérieur à 98%, il y a eu des épidémies (rougeole) chez les enfants d'âge préscolaire la rougeole devient une maladie chez les personnes immunisées...
LIRE AUSSI: VACCINI OUI OU NON? LE DÉBAT CONTINUE
Mythe n° 3: Les vaccins sont-ils la principale raison du faible taux de maladies?

Selon l’Association britannique pour le progrès de la science, le maladies infantiles diminuées 90% entre 1850 et 1940, parallèlement à l'amélioration des pratiques en matière de santé et d'hygiène, bien avant l'introduction de programmes de vaccination obligatoires (READ). Pour souligner cette conclusion, un rapport récent du OMS (Organisation mondiale de la santé), qui a constaté que les taux de maladie et de mortalité dans les pays du tiers monde n’avaient pas de lien direct avec les procédures de vaccination ou le traitement médical, mais étaient étroitement liés aux normes d’hygiène et d’alimentation.
Mythe n° 4: La vaccination repose-t-elle sur des théories et des pratiques saines en matière d'immunisation?
Les preuves cliniques résident dans leur capacité à stimuler la production de anticorps. Ce qui n'est pas clair, c'est si cette production produit une immunité. Par exemple, les enfants anémiques des agammaglobines sont incapables de produire des anticorps, mais ils guérissent des maladies infectieuses presque aussi vite que les autres enfants. L 'immunité naturelle c'est un phénomène complexe qui implique de nombreux organes et systèmes.
LIRE AUSSI: MENINGITE, ICI LE NOUVEAU VACCIN
Mythe n° 5: les maladies infantiles sont-elles dangereuses?
La plupart des maladies infectieuses de l'enfance ils ont peu de conséquences graves de nos jours. Même les statistiques conservatrices du CDC sur la coqueluche en 1992/1994 indiquent un taux de guérison de 98,8%. Dans la plupart des cas, la maladie produit une immunité à vie, alors que l'immunité du vaccin n'est que temporaire.
Mythe n° 6: Mon enfant n'a pas eu de réaction, alors il n'y a pas de quoi s'inquiéter?
la effets négatifs Les vaccins documentés comprennent les troubles immunologiques et neurologiques chroniques, tels que l'autisme, l'hyperactivité, le manque d'attention, la dyslexie, les allergies et le cancer. Les composants du vaccin comprennent cancérogènes connus comme le thimersol, le phosphate d'aluminium et le formaldéhyde. Le dilemme est que les éléments viraux présents dans le vaccin peuvent persister et changer dans le corps humain pendant des années, avec des conséquences imprévisibles.
source: COMILVA
de Mariaelena la banque
Responsable pédagogique

Vidéo: Refus de faire vacciner leur fille: des parents devant la justice