Si l'enfant joue avec des poupées


Qu'est-ce qui distingue alors un comportement dicté par la simple curiosité et le désir d'exploration, typique de cet âge, dès l'apparition d'une maladie démontrant une difficulté d'orientation sexuelle?

Dans Cet Article:

de Isabella Ricci

Cela peut arriver, surtout s'il y en a un soeur à peu près le même âge à la maison que l'enfant, âgé de deux ou trois ans environ, préfère les passe-temps et les jeux typiques de l'autre sexe, suscitant ainsi des doutes et des inquiétudes chez les parents quant à l'identité de genre future de leur enfant.
Ce qui distingue alors un comportement dicté par la simple curiosité et le désir d’exploration, typique de cet âge, dès l’apparition d’une condition qui témoigne d’une difficulté d'orientation sexuelle? En fait, il existe une condition clinique dans l’enfance, qui commence vers deux ou trois ans, beaucoup plus fréquemment chez les hommes que chez les femmes, qui consiste en une modification de la coïncidence normale entre identité sexuelle et identité de genre.

LIRE AUSSI: Petites filles en rose

Le premier fait référence à l’identité biologique, due aux chromosomes sexuels, tandis que le second fait référence à une construction psychologique liée au se sentir individuel de l'individu dans son propre corps, ce qui se traduit par la suite par l’attitude correspondante de féminité ou de masculinité. Lorsque la non-coïncidence de ce sentiment de soi se produit avec l'identité sexuelle de l'individu, c'est en présence de ce que l'on appelle dans la clinique trouble de l'identité de genre (LIRE), une image symptomatique avec une idée répandue, non délirante, qui a pour contenu le refus persistant des caractéristiques de son sexe et une identification avec celles du sexe opposé, ce qui, du point de vue comportemental, se traduit par une préférence pour les attitudes et activités typiques de ce dernier.
Les comportements sont très fréquents à deux ou trois ans imitatifs de l'autre sexe: l'imitation est un comportement répandu depuis les premiers mois de la vie et constitue une stratégie facilitant les processus d'apprentissage. Il peut également exister un désir ambivalent d'appartenance et des deux sexes. En effet, le processus de formation de l'identité de genre est long et complexe et son accomplissement définitif n'est atteint qu'à la fin de l'adolescence. Par conséquent, il n’ya pas lieu de s’inquiéter de la présence de comportements isolés, tels que la préférence pour les coiffures, les vêtements ou les loisirs typiques du sexe opposé.

LIRE AUSSI: L'Ă©mail rose pour les hommes, va-t-il les confondre?

Même un enfant avec certaines attitudes féminines, telles que la danse ou la cuisine, ne doit pas être considéré sous un jour négatif, mais plutôt, en termes de flexibilité de genre, un indice positif d'un bonne adaptation de l'ego. Ce qui devrait plutôt attirer l’attention, c’est la présence rigide et omniprésente de ces comportements, accompagnée d’une gêne vis-à-vis de leur propre sexe ou d’un sentiment d’inappropriation du rôle sexuel (LIRE) liés à elle et des manifestations de dégoût envers ses attributs corporels.
Cependant, comme il s'agit d'un âge évolutif, même la présence d'un tel trouble dans l'enfance ne nous permet pas d'affirmer avec certitude l'issue du choix quant à l'orientation sexuelle de l'individu à l'âge adulte. Ce sera bien l'adolescence est le moment crucial au cours de laquelle certains choix seront mis à l'épreuve et complètement modifiés

Vidéo: Jouer à la poupée développe l’imaginaire de l’enfant