Si l'enfant refuse la nourriture


Le phénomène du refus de manger dans l'enfance est un problème qui préoccupe beaucoup les parents, en particulier la mère. Voici quelques causes possibles d’un malaise aux origines profondes

Dans Cet Article:

Les troubles de l'alimentation dans l'enfance représentent une catégorie de diagnostic à prévalence élevée, notamment parce que l'utilisation du pédiatre pour identifier les causes de ce problème délicat est bien documentée. Le phénomène de gaspillage alimentaire dans l’enfance est donc un problème source grandes préoccupations pour les parents.
Tout d’abord, il convient de préciser que de nombreux facteurs entrent en jeu dans la réglementation de la cycle faim-satiété, car nous devons tenir compte du fait qu’il existe des différences individuelles. Certains enfants présentent des schémas de régulation des rythmes vitaux prévisibles et faciles à gérer dès les premiers jours de la vie, alors que d’autres se développent précocement. difficulté dans les cycles veille-sommeil, faim-satiété.
Ces différences dépendent à la fois facteurs tempéramentaux qui donnent les caractéristiques attribuables à la relation mère-enfant. En fait, l'heure du repas ne vise pas uniquement la nutrition. C'est un lieu de prédilection pour un échange relationnel, affectif et communicatif entre mère et enfant. Toute difficulté relationnelle peut donc interférer dans le cours normal de la nutrition.

LIRE AUSSI: Sevrage, que faire si l'enfant ne veut pas manger

Le rejet de la nourriture de l'enfant, vers l'âge du sevrage, cela peut aussi dépendre de intolérances alimentaires, des problèmes liés à l'homéostasie, tels qu'une hypersensibilité à la consistance et / ou à la température de certains aliments ou des problèmes neurologiques liés à la mastication. Il est donc nécessaire de considérer toute hypothèse sur la relation mère-enfant exclure les facteurs organiques ou des troubles d'importance clinique qui peuvent être soumis à la condition de gaspillage alimentaire.

si-le-enfant sans besoin manger

La conséquence d’un apport insuffisant de la part des aliments à l’enfant se traduit par une croissance physique modeste, qui peut se cristalliser en un véritable trouble de l’alimentation connu dans la littérature sous le nom de Anomalie non organique, ou anorexie infantile.
Un autre moment critique dans lequel le refus de la nourriture atteint une incidence considérable est représenté entre la deuxième et la troisième année de vie, dans la transition vers une alimentation autonome. Ici, en observant attentivement le comportement de la dyade mère-enfant au moment du repas, il existe souvent un conflit dans la relation en matière d'autonomie. Il est en effet évident qu’à cet âge les enfants ont souvent ils manifestent le désir de manger seul, en tenant les couverts de manière indépendante et en leur apportant à manger. L'intrusion de la mère, qui, dans le but d'accélérer l'heure du repas, persiste dans la prise de l'enfant, peut déterminer le refus de l'enfant de manger comme une réaction. Un problème similaire suggère alors une difficulté au sein de la relation qui n'a rien à voir avec un caprice ou avec une demande d'attention de la part de l'enfant.

LIRE AUSSI: Enfants qui mangent moins avec la chaleur: que faire?

Le cas où l'enfant montre une alimentation correcte en présence d'autres chiffres de référence, tels que la grand-mère ou la baby-sitter, est une autre indication de ce type de problème, tandis que le refus de manger a lieu exclusivement en présence de la mère.
L'observation du moment du repas par des experts est également utile pour identifier d'autres types de difficultés: certaines mères signalent en effet que le revenu de la nourriture de leur enfant est faible, alors que l'observer semble être normal. Cela se produit parce que certaines mères évaluent leur pertinence en tant que fournisseur de soins en fonction de la quantité de nourriture qu'elles mangent, le risque que la quantité de nourriture mangée par l'enfant ne leur semble pas suffisante.
Là encore, le refus de manger peut se manifester non pas en tant que condition première, mais en conséquence d'autres troubles psychologiques de l'enfant: par exemple en présence d'un trouble de l'adaptation, d'un trouble affectif ou d'un trouble de stress post-traumatique

Dr. Isabella Ricci
psychologue

Nourrir le bébé à 4 mois

Nourrir l'enfant chaque mois (9 images) Nourrir l'enfant mois par mois. Qu'est-ce qu'un bébé mange de 4 à 12 mois?

Vidéo: 8 Astuces si votre enfant refuse de manger