En Italie, enfants vulnérables et mal protégés


Le rapport de suivi de la Convention des Nations Unies relative aux droits de l'enfant en Italie confirme que l'Italie est loin derrière

Dans Cet Article: DROITS DES ENFANTS EN ITALIE - Le 7ème présenté ces derniers jours à Rome Rapport de mise à jour sur le suivi de la Convention des Nations Unies sur les droits de l'enfance et de l'adolescence en Italie par rapport à la période 2013/2014. Un document qui confirme que l'Italie est encore loin avec la protection des droits de l'enfant.
Voici les chiffres. En Italie, au 1 er janvier 2013, 2 171 465 enfants étaient âgés de moins de 3 ans, dont un sur cinq était né d'un parent étranger.
LIRE AUSSI Les droits de l'enfant malade et à l'hôpital
Les principaux problèmes sont liés d’un côté aux contextes de difficultés économiques et culturelles et d'autre part, le manque de services sociaux et éducatifs. Il suffit de dire que seulement 13,5% des enfants de moins de 3 ans sont placés dans une crèche (et dans certaines régions du sud, il n’ya pas plus de 2,8%, comme en Campanie).
Un fait important qui s’oppose à ce qui a été récemment détecté par la Commission européenne: les services de soins de santé éducation de la petite enfance ils représentent un potentiel considérable pour lutter contre les difficultés sociales et économiques et l'exclusion sociale. Cependant, en Italie, les services liés à l'éducation des enfants de moins de 3 ans sont très peu nombreux, mal financés et inaccessibles pour la grande majorité des enfants.
LIRE AUSSI Combien devrait coûter la fréquentation de l'école maternelle?
Arianna Saulini de Save the Children, organisation coordinatrice du groupe CRC qui a publié le rapport, explique qu'il a été décidé de se concentrer sur les enfants de la groupe d'âge 0-3 ans parce que ce sont eux qui paieront leur future politique de pension alimentaire pour enfants, qui fait actuellement défaut.
Nombres qui ne sont pas édifiants même sur le devant des enfants en difficulté confiés à la services sociaux: ils sont encore trop facilement confiés à des communautés plutôt qu'à des familles ou à des parents. Et ni la base de données nationale sur les mineurs adoptables et les couples disponibles à l'adoption (BDA), ni la banque de données sur les abus sexuels sur mineurs ne sont entrées en vigueur.

droits de l'enfant


Et sur le devant deadoptabilité il reste encore beaucoup de travail à faire: en 2013, le nombre de couples demandant l'adoption nationale a augmenté de 4,5%, mais le nombre de missions pré-adoptives et d'adoptions est resté le même. La majorité des enfants adoptables (51%) se trouvent toujours dans la système de réception temporairehors de la famille depuis plus de deux ans.
LIRE AUSSI Grandir un enfant handicapé
Enfin, le rapport accorde une grande importance aux droits et à l’absence de protection des enfants avec handicap, considéré par définition comme "le plus vulnérable parmi les vulnérables".
D’où l’invitation directe des institutions à allouer des ressources et un financement adéquats à
faire sortir ces mineurs d'une condition d'invisibilité

ENFANTS SOURDISSANT


Vidéo: LE PAPE PÉDOPHILE PROTÈGE LES PHÉDOPHILES DANS LE MONDE DANS DES FILMS CECI EST DÉMONTRÉ