Entretien avec Antonio, père blogueur de "Desian"


Après avoir rencontré des blogueuses-mères, nous voulions cette fois interviewer un père et connaître le point de vue des hommes. Antonio est un papa blogueur et voici ce qu'il nous a dit à propos des co-protagonistes et n'est plus apparu

Dans Cet Article:

desian

Après avoir rencontré des blogueuses-mères, nous voulions cette fois interviewer un père et connaître aussi le point de vue masculin.
Antonio est le père blogueur de //desian66.blogspot.com et voici ce qu'il nous a dit.
Bonjour; salut! Merci beaucoup pour votre disponibilité. Tout d’abord: quel genre de père es-tu et que voudrais-tu transmettre à tes enfants?
Durant ces années, il y a eu d'innombrables états d'esprit, différentes manières de me voir dans ce rôle. Bien sûr, ils n'étaient pas tous positifs ou "voulus", mais chacun d'entre eux est là, cela m'a aidé à faire avancer les choses, à tracer mon chemin et à le laisser ouvert ici. Aujourd'hui, je me qualifierais de père très présent, même dans la vie quotidienne (il y a beaucoup de choses que nous faisons ensemble, de l'entrée / sortie de l'école aux engagements les plus variés), qui aime la compagnie de ses enfants, pas simplement comme un engagement ou une responsabilité. mais aussi comme réel plaisir "émotionnel". En bref, je m'amuse beaucoup. Ensuite, je pense que je suis aussi un parent exigeant (règles, règles, règles) mais en diluant tout dans une vision non obsessionnelle: j'aime observer et intervenir "de loin", sans dominer, en respectant leurs espaces et leurs demandes / besoin d'autonomie. Quelle difficulté alors de faire le slalom entre l'impulsion "d'être là" et de les laisser respirer.
Je voudrais leur transmettre l'idée que être dans le monde, c'est être curieux. Ce respect est à la base de ce que nous appelons la cohabitation civile et que sans ce sentiment, il n’ya pas d’humanité mais seulement de la bestialité. Je voudrais essayer de lui apprendre le sens de la justice et la capacité de se sentir libre mais responsable de sa propre liberté, sachant reconnaître à tout moment qui ou quoi peut enlever les succès qu’ils accomplissent jour après jour. Et j'aimerais pouvoir faire tout cela non seulement avec les mots et les "règles" mais aussi avec le comportement concret et l'exemple. Ma plus grande crainte, à cet égard, est de ne pas être à la hauteur... Mais nous sommes ici pour essayer de le faire.
Si un jour ils disaient "Je veux faire le mouchoir" ou "Je veux être footballeur", comment réagiriez-vous?
Je me demanderais quel genre de chemin nous avons fait, je veux dire en tant que parents, pour leur donner de telles valeurs dégradantes. Je me demanderais certainement beaucoup de savoir quel aurait été le niveau d'éducation: bref, je crois fermement en l'importance du cheminement scolaire et de la croissance humaine, je crois que nous pouvons réussir à donner de la valeur aux enfants. Des perspectives qui tiennent également compte de l'histoire personnelle que chacun de nous a derrière, comment nous sommes devenus ce que nous sommes et combien ce bagage est transmissible. Combien pouvons-nous "transmettre"
Qu'aimez-vous faire avec eux?
Le moment de jeu et de détente en général est certainement celui qui rend tout le monde plus silencieux, plus capable de profiter de la présence de chacun. Une grande partie de notre temps ensemble (heureusement pour moi ce n’est pas très peu) passe précisément en cela. Ces derniers temps, étant donné leur âge (huit et six ans), ils sont devenus très fascinants dans l’expression de leurs événements et de leurs événements, qu’ils soient quotidiens ou émotionnels: j’aime vraiment cette étape et je trouve cela très amusant de passer du temps les écouter, se parler. Aussi pour se moquer de nos choses les plus drôles. L 'ironie c'est l'un des ingrédients principaux de notre relation.
Il y a ensuite un fort besoin d'intimité émotionnelle, de soins purs et simples: les frotter est quelque chose que j'aime beaucoup
À votre avis, est-il vraiment si difficile de réussir à éduquer vos enfants de nos jours?
Eh bien, je pense qu’il est vraiment très difficile d’éduquer les enfants, de les rendre respectueux des autres et, en même temps, conscients de leur présence dans le monde; guider leurs pas, les aider à grandir. Cependant, à cette époque, il y a une forte poussée vers le conformisme et un certain niveau de social et de culture qui affecte également et en particulier les adultes qui ensuite, en tant que parents, finissent par abandonner ce qu'ils voient autour de lui. Ils abandonnent la conduite, ils reposent sur la majorité: tout le monde le fait, alors nous aussi.
Je crois au contraire qu'il nous veut une bonne dose de courage très courageux dans l'éducation des enfants. Et que nous pouvons et devons réussir. Nous devrions savoir regarder autour de nous, comprendre ce qui se passe, à quel âge nous vivons et comprendre, surtout si ce que nous voyons nous plaît. À partir de là, nous pouvons commencer à dégager des valeurs, à trouver des règles et des comportements appropriés.
Pour le faire, il faut du temps, du désir, du courage pour choisir les différences. C'est l'homologation qui détruit l'éducation
Êtes-vous un père capable d'accomplir les tâches les plus classiques d'une mère (comment enlever la couche) ou préférez-vous déléguer?
Mais pourquoi, en plus de l'allaitement, il y a des tâches "qui seraient pour une mère" et non pour un père?!
Blagues (mais pas trop, alors) à part, je n'ai pas été et ne suis pas un super-père, ceux prêts et préparés dès la première minute. J'étais à côté de ma femme à la naissance de nos deux enfants, j'ai participé à sa douleur autant que possible, j'ai appris à la respecter. J'ai changé les couches, lavé les culs, participé beaucoup moins à la pappine et au sevrage. J'ai été tout à fait prisonnier (et avec une énorme contradiction intérieure) de l'idée que certaines choses touchent en fait une mère.
Mais aujourd'hui, les choses ont changé, un long chemin a été parcouru et je l'ai appris et je continue à l'apprendre, jour après jour. Ainsi que les mères, même les pères sont tout à fait abandonnés à eux-mêmes devant leur rôle. Ici en Italie, et je parle d’Italie parce que je ne connais pas trop la situation des autres pays, il n’ya pas d’identité à laquelle se référer pour les enfants, il n'y a pas d'éducation sentimentale du père. Tout ce que l'on fait apprend sur sa peau et avec l'immense fatigue de l'autodidacte, même émotionnellement.
Papa et maman: deux rôles complètement différents ou similaires à certains égards?
En fait, je n'ai pas d'idées très claires à ce sujet. Mais je pense que sur ce thème on joue tout ou presque la possibilité de l'égalité entre hommes et femmes parce que, plus que les rôles, je pense vraiment aux identités: je pense qu'il est clair et partagé à quel point la biologie affecte la relation entre les enfants et la mère. Par contre, je n'ai aucun doute sur l'importance de construire (et de revendiquer) notre espace en tant que pères. Nous, hommes, devons apprendre tout un monde de comportements, d’émotions, d’espaces qui nous concernent et nous appellent. Avant tout, nous devons avoir pleinement conscience (et même, comme je l’ai dit plus haut, le réclamer) d’un rôle qui cela nous touche en tant que co-protagonistes, pas en tant que figurants. Avec cette prise de conscience, les distinctions et les inégalités pernicieuses disparaissent (je pense aussi aux réflexions sur le travail des mères).
Inutile de rester ancré dans les vieux stéréotypes (dépassé et faux) de division inégale des tâches et d'affection. Peut-être pouvons-nous aussi penser à une interchangeabilité entre les deux chiffres. Ce qui est certain, c’est que quand j’entends parler des babilleurs qui disent "Non, je ne veux pas faire le mammo" ou des mères "Son père pense à ça", des frissons sinistres me parcourent le dos. Ne vous déléguez jamais à l'autre.
Pourquoi l'idée d'un blog?
Tout d'abord parce que il n'est pas facile de parler des enfants avec d'autres enfants, même si dans la chair. Même s'ils sont tes amis. Parce qu'il manque cet espace d'émotivité libre que les mères (et les femmes en général) utilisent avec beaucoup plus de confiance. Ancien héritage de l'éducation masculine.
Il y a environ un an, après avoir passé quelques mois à lire et lire les blogs de maman, j'ai réalisé à quel point cet espace d'expression (que j'avais observé jusque-là avec une certaine méfiance sceptique) était utile, créatif, vivant: les blogs, les mères ne sont pas simplement des histoires, des journaux intimes, une expression d’elles-mêmes, mais elles échangent de vraies expériences, "complètes" et détaillées. Ils échangent des idées et des conseils. En un mot, ils grandissent.
Ici, après un an de presque tous les commentaires féminins, j'aimerais que mon blog devienne un lieu d'échange avec les enfants. Quand j'ai commencé, il y en avait très peu. Aujourd'hui, nous sommes quelqu'un de plus et nous commençons à "converser". Si tout va bien.
Les autres interviews avec des mères blogueurs
Entretien avec Paola, du blog "Droit à la péridurale dénié"
Entretien avec Roberta du blog "Chaussures Sveva"
Entretien avec Rossana du blog "Saupoudrer des oreillers"
Entretien avec Maria Claudia, du blog "Donde stara la estrella azul"
Entretien avec Roberta, la blogueuse mère de "Roberta filava, filava"
Entretien avec Daniela, la blogueuse mère de "Voyager est mon péché"
Entretien avec Natalia, la blogueuse mère de "Tempodicottura.it"
Entretien avec Sabrina du blog "Une vie simple et sans préjugés"
Entretien avec la linda du blog "Une main sur le berceau"
Entretien avec Marilde du blog "La solitudine des mères"
Entretien avec Francesca et Davide du blog EquAzioni
Entretien avec la blogueuse mère de "Moms in the city"
Entretien avec Marilena, la blogueuse mère de "Paramamma"
Entretien avec Soma, la blogueuse mère de "Leela, créations en liberté"
Entretien avec Linda, mère blogueuse de "Pain, amour et créativité"
Entretien avec Francesca, la blogueuse mère de "Panzallaria"
Entretien avec Paola, la blogueuse mère de "Home made mamma"
Entretien avec Cristina, mère blogueuse de "Work for Mothers"
Entretien avec le blogueur des trois mères de "Il mercato dei piccoli"
Entretien avec Silvia: la blogueuse mère de "Mamma imperfetta"
Entretien avec Letizia: la blogueuse mère de 'Bilingual for play'
Entretien avec Claudia: la blogueuse mère de 'La casa nella prateria'
Blog des mères et des pères

Martina Braganti

Vidéo: