Iqbal: des enfants sans peur


Michel Fuzellier et Babak Payami ont uni leurs forces pour raconter l'histoire d'Iqbal Masih, un enfant pakistanais, symbole de la lutte contre l'exploitation des enfants dans le monde entier.

Dans Cet Article:

Iqbal, des enfants sans peur

Michel Fuzellier, l'un des directeurs les plus importants dans le domaine de l'animation e Babak Payami, L’auteur et producteur iranien a uni ses efforts pour porter au grand écran l’histoire d’Iqbal Masih, un enfant pakistanais, symbole de la lutte contre l’exploitation des enfants dans le monde entier.

L'histoire d'Iqbal Masih

Iqbal Masih était un enfant obligé de travailler dans des conditions de esclavage à partir de 4 ans. Sa famille le vend au propriétaire d'une fabrique de tapis pour rembourser les dettes contractées lors du mariage de son frère. Avec lui, il y a d'autres mineurs exploités comme esclaves. À l'âge de dix ans, l'enfant a les mains ruinées par des nœuds, appelés Bangapure, qu'il a dû tisser pour fabriquer des tapis qui seront vendus à des prix très élevés en Occident. En 1993, il quitte l'usine en secret et participe à une manifestation de l'association Bonded Labour Liberation Front (BLLF) qui lutte depuis longtemps contre le travail des enfants et devient rapidement un représentant important de la société de lutte contre l'exploitation des enfants. Mais Iqbal est aussi un personnage maladroit et en 1995, à l'âge de 12 ans, il est tué. Selon divers témoignages, le meurtre est dû à la mafia au tapis.

la long métrage, belle, faite par Fuzellier, a cependant une fin différente, un message d’espoir. Iqbal, un enfant sans peur, parvient non seulement à sauver ses codétenus, exploités comme lui, mais lors d'une assemblée de pakistanais, étrangers et les médias crie son reflet:

aucun enfant ne devrait avoir un outil de travail, les seuls outils qu'il devrait avoir entre les mains sont des crayons et des stylos

Comme Malala l'avait fait dans sa lutte pour assurer l'éducation à toutes les filles. Le réalisateur a choisi de mettre à l'écran une histoire à la portée d'un enfant, celle d'un petit héros qui, à 10 ans, a réussi à parler à l'ONU, à s'échapper et à faire valoir ses droits, en laissant de côté la fin la plus tragique. Le film est construit comme un conte de fées, où le méchant est celui qui exploite les mineurs pour travailler dans une usine où ils devraient jouer et étudier.

Itinéraires de sortie: le dossier Save the Children sur l'exploitation des mineurs

Le film est un must pour le message important que les mères devraient adresser à leurs enfants, car l'esclavage est un problème d'actualité. En outre, il s’agit d’un long métrage d’animation extrêmement fascinant et entraînant, qui propose de la musique et des dessins délicats et poétiques. Iqbal, Des enfants sans peur seront à l'affiche le 19 novembre, à la veille de Journée mondiale des droits de l'enfant

Alice dans la ville

Iqbal, Enfants sans peur a été projeté sur Alice in the City, la section parallèle et autonome du festival du film de Rome dédiée aux jeunes générations et aux familles. prévu jusqu'au 24 octobre 2015. Avec 13 films pour la compétition Jeune adulte, élus par un jury composé de 22 garçons et filles de 15 à 18 ans sélectionnés dans toute l'Italie, 10 films présentés à Pigneto dans Alice / Panorama, 3 films hors compétition et 4 événements spéciaux Alice dans la ville arrive cette année à la XIIIe édition.

Clip exclusif pour Planet Mom

Vidéo: IQBAL, L'ENFANT QUI N'AVAIT PAS PEUR - Clip "Sans Hasard"