Maman à 16 ans: l'histoire d'une "pianetina"


La rédaction de behappyfamily a entendu le témoignage d'une fillette de presque 18 ans qui nous a raconté l'histoire d'une mère à 16 ans. Un témoignage qui nous a touché non seulement pour l'histoire, mais surtout pour la maturité de ses pensées dans certains passages

Dans Cet Article:

la Planification de behappyfamily il a reçu le témoignage d'une fille de presque 18 ans qui nous en a parlé histoire d'une mère à 16 ans: la difficulté de prendre une décision une fois que l'on a découvert qu'elle était enceinte, la plainte contre un garçon qui l'a battue pour l'avorter, la douleur de l'accouchement et la peur de ne pas pouvoir étreindre son petit, né cyanotique et sans battement. Un témoignage qui nous a touché non seulement pour l'histoire, mais surtout pour la maturité de ses pensées dans certains passages.
LIRE AUSSI: 10 façons de dire à votre partenaire que vous êtes enceinte
" Je suis enceinte √† 15 ans √† cause d'un pr√©servatif cass√©. Quand j'ai appris que je restais avec mon petit ami pendant un an, nous avons fait le test ensemble, il va sans dire que nous avions tous les deux tr√®s peur. Il m'a laiss√© du papier blanc pour garder le b√©b√© ou non. J'ai beaucoup r√©fl√©chi, j'ai souvent pens√© √† l'avortement, j'ai pens√© que je devrais dire au revoir √† mon √©ducation pendant au moins un an et peut-√™tre m√™me davantage, je pensais que je devrais dire au revoir √† mon adolescence. Je ne voulais pas √™tre m√®re √† l'√Ęge de 16 ans, je ne voulais pas voir mes r√™ves bris√©s √† cause d'un enfant.
Mais ensuite j'ai d√©cid√© de le garder et j'√©tais pr√™t √† prendre toutes mes responsabilit√©s. Le "p√®re" (si nous pouvons le d√©finir) se tenait √† c√īt√© de nous, mais apr√®s la √©ni√®me fois, il leva les mains et me frappa au ventre pour m'avorter, je le quittai, Je devais me prot√©ger et prot√©ger ma fille. J'ai d√©cid√© de d√©noncer lui et ma famille, mais surtout cette sainte femme de ma m√®re √©tait toujours √† mes c√īt√©s, je ne la remercierai jamais assez. Heureusement, les amiti√©s qui me restaient (la peur d'√™tre seul √©tait tr√®s forte), certaines sont devenues encore plus fortes et d'autres sont parties. Depuis que je suis enceinte, il y a une s√©lection et je suis heureuse que seules les meilleures personnes soient rest√©es avec moi.
LIRE AUSSI: 4 enfants dont 2 avec autisme: l'histoire d'une mère
La grossesse s'est d√©roul√©e dans le calme, je ne me suis pas vraiment sentie enceinte avant 16 semaines, quand je l'ai sentie bouger, je n'oublierai jamais la premi√®re fois que j'ai senti ces bulles dans mon estomac: √† partir de ce moment, j'ai commenc√© √† l'aimer. Je travaillais en noir du 4 au 9√®me mois, je faisais le m√©nage chez des personnes √Ęg√©es, mon dos me faisait craquer pour un peu d‚Äôargent, mais c‚Äô√©tait suffisant pour acheter des choses d‚Äôoccasion comme le trio, je ne voulais pas trop encombrer. les √©paules de ma m√®re.
Ma peine √©tait le 19 mars 2012, ma fille attend depuis 11 jours. A 41 + 3 je vais √† l'h√īpital de Piacenza pour leinduction. C'√©tait le 29 mars 2012. C'est pr√©cis√©ment √† 9 heures du matin que j'ai mis la premi√®re bande avec des r√©sultats m√©diocres, je n'avais pas contractions toute la journ√©e J'√©tais d√©√ßu et fatigu√© d'attendre. √Ä 23 heures, je me r√©veille dans mon sommeil avec des douleurs aux reins et une sensation de pluie. Je les appelle sages-femmes, ils me rendent visite, je suis dilat√© de 1 cm et les eaux se sont cass√©es. Imm√©diatement apr√®s la visite, commencez de fortes contractions (le seuil de la douleur est tr√®s bas), puis me conduisez imm√©diatement dans la salle d'accouchement, car avec mes cris, j'aurais risqu√© de r√©veiller tout le service. Ils me font prendre une douche avec de l'eau chaude sur les reins et √† ce moment-l√†, les contractions faisaient moins de mal, mais c'√©tait quand m√™me une douleur atroce. Au bout d'une heure √† peine, j'√©tais sans voix et je souffrais en silence. Ma m√®re √©tait avec moi dans la salle de travail et elle √©tait ma bou√©e de sauvetage. √Ä 3 cm, je commence √† crier pour que je fasse lap√©ridurale. Ils le font, mais cela ne dure que 5 minutes car mes terminaisons nerveuses sont tr√®s dilat√©es et donc l'effet est consomm√© rapidement, je prends 5 doses mais aucune n'a d'effet. Rien, je me r√©signe et je continue comme √ßa, √† pleurer, √† vomir √† cause des contractions trop fortes et douloureuses. Arriv√©e √† 16h00 le 30 mars avec une expansion de 10 cm.
LIRE AUSSI: Accouchement: les étapes du travail
Je commence √† pousser. Je panique. Je ne savais pas comment cela se passait et cela me semblait impossible, alors j'ai pri√© en vain pour une c√©sarienne.. Comme si cela ne suffisait pas, j‚Äôai eu une crise de sciatique et chaque pouss√©e √©tait plus douloureuse qu‚Äôune contraction. √Ä 18 heures, j'√©tais √©puis√©, je voulais que ma fille naisse le plus t√īt possible. Je ne pouvais plus le supporter, je me suis lev√© et j'ai commenc√© √† pousser. Ils m'ont dit de pousser chaque fois que je ressentais une contraction, mais quand ils ont vu qu'il avait le cordon ombilical autour du cou ils m'ont dit de pousser sans arr√™t. Deux pouss√©es et finalement "√©tait sorti".

Maman-16 ans conte


Ma fille est née cyanotique et sans répit, après 7 minutes, elle la ressuscita. et son cri était comme un cri de joie pour mes oreilles. Je me sentais bien, j'étais heureux et la douleur avait disparu. Avant de l'emmener pour les différentes vérifications, j'ai demandé à la voir. J'ai vu ses yeux et je me suis demandé à quel point j'avais eu tant de mal à poursuivre cette grossesse à 16 ans. La plus belle créature que j'ai jamais vue et que j'ai mise au monde. Je suis une petite fille de 16 ans et un peu téméraire. Je me sentais fier de moi et de ma fille. Alors ils m'ont cousu, seulement deux points internes et deux externes. Le nom de ma fille est Lea, elle est née le 30 mars 2012 à 18h19, 3 450 kg pour 49 cm. Après 18 heures, je pouvais voir les yeux de ma fille.
- Le t√©moignage de la fille se poursuit avec un message adress√© √† tous les adolescents qui souhaiteraient un enfant: "... n'essayez pas de faire des enfants quand vous n'√™tes pas encore stable √©conomiquement, quand vous n'avez pas encore compris qui vous √™tes vraiment, quand le gar√ßon un jour il y en a peut-√™tre et l'autre pas... un enfant, c'est des larmes, de la souffrance, de l'inqui√©tude et tant de joie, de satisfaction et de rire... ne courez pas, prenez votre temps, rendez-vous comme des personnes et profitez de votre adolescence... ne br√Ľlez pas les √©tapes... "
LIRE AUSSI: M√®res adolescentes: plus susceptibles entre sŇďurs
Et puis il continue: - "... pour le reste je dis √ßa √™tre une m√®re est le "travail" le plus gratifiant au monde, en termes de sentiments. J'aime ma fille de tout mon coeur et je cracherai du sang pour lui donner un avenir digne, il le m√©rite car elle n'a pas choisi d'√™tre ici. Il est normal de penser √† un adolescent entour√© d'amis, au lieu de rester √† la maison avec sa fille, il est difficile de garder la langue en √©chec lorsque vous √™tes jug√©, mais vous acceptez tout. Vous acceptez de commencer une vie non d√©sir√©e, vous acceptez d'√™tre rest√© seul, vous acceptez, car c'est la seule chose que vous puissiez faire. Mais ma fille m'a sauv√© de beaucoup de choses, je lui dois probablement la vie, les enfants sont les seuls qui, dans les moments de d√©couragement, vous regardent avec ces yeux pleins de vie et vous font r√©aliser et retrouver courage... ma fille qui ne regarde que dans mes yeux me donne la force de me maintenir √† flot dans les pires moments. Je la prot√©gerai jusqu'√† la fin, jusqu'√† ce qu'elle se sente pr√™te √† voyager dans ce monde o√Ļ je l'ai livr√©e. Et je l'aimerai jusqu'√† la fin de mes jours. "
C'est vraiment vrai... LA M√ąRE EST TOUJOURS LA MAMAN

Vidéo: