Pas de récompense pour les employées de Poste Italiane en congé de maternité: voilà pourquoi


Les syndicats ont attaqué Poste Italiane sur le terrain: coupable d'avoir nié l'attribution de la production aux femmes en congé de maternité

Dans Cet Article:

En 2007, Poste Italiane avait reçu un prix prestigieux reconnaissance appelé "Pink Bulletin S.O.N.O. - Mêmes opportunités, de nouvelles opportunités", promu par le ministère du Travail et de la Sécurité sociale, visant à améliorer et à récompenser les entreprises soucieuses de l'égalité des chances.
En effet, ces dernières années, Poste Italiane n’a pas seulement revenu assimilé entre hommes et femmes, mais a également reconnu les femmes dans congé obligatoire (LIRE) des primes de production.
LIRE AUSSI: Congé de paternité et de maternité: quels changements et comment les obtenir
Cette année, nous tournons la page: Poste Italiane a décidé de ne pas reconnaître les prix de production 140 € pour les femmes qui ont pris un congé de maternité obligatoire au cours de la dernière année et qui n'ont même pas reconnu leur absence en raison de maladies, même graves, telles que le cancer.
La décision de ne pas reconnaître la prime à la production destinée aux femmes enceintes et aux nouvelles mères (LIRE) a été prise par Poste Italiane en accord avec quatre organisations syndicales - UilPoste, Failp-Cisal, ConfsalCom et UglCom - représentant 22% des travailleurs et employés de l'entreprise. Pour motiver formellement cet accord, l’abstention de maternité est assimilée à l’absence pour maladie.
LIRE AUSSI: Pays où il est plus facile d'être mère
La SLC CGIL et la CISL dénoncent ce fait dans une lettre adressée à la ministre du Bien-être social, Elsa Fornero (LIRE), dans laquelle il est annoncé que la société a décidé de ne pas reconnaître les prix de production environ 140 euros pour les femmes ayant pris un congé obligatoire au cours de la dernière année (traitement réservé aux employées qui n'ont pas pu travailler en raison d'une maladie invalidante).
Dans la même lettre, les syndicats demandent que des mesures soient prises contre Poste Italiane et que la reconnaissance du timbre rose soit retirée. C'est "un signal extrêmement négatif concernant les politiques familiales", lit la lettre et Barbara Apuzzo, du secrétariat national des services postaux SLC CGIL déclare que"c'est un coup très dur pour les femmes en âge de procréer, la majorité dans l'entreprise".
Susanna Camusso a déjà lancé une bataille pour l'égalité des sexes en envoyant le lettre de notification à tous les députés et sénateurs présents au Parlement.

Vidéo: Honoré de BALZAC – La Recherche de l’Absolu, SOUS-TITRES, René Depasse