L'orthopédiste explique ce qu'est la dysplasie congénitale de la hanche


Le professeur Rinaldo Giancola, spécialiste en orthopédie et traumatologie, explique comment intervenir dans les cas de dysplasie de la hanche

Dans Cet Article:

Dysplasie de la hanche

la dysplasie de la hanche est une maladie polygénique congénitale (déterminée par l'action de plusieurs gènes). Les filles sont les plus touchées. En Italie, ce type d’altération congénitale prévaut dans certaines régions du nord par rapport aux régions du sud. Pour mieux comprendre la dysplasie congénitale de la hanche, nous avons interviewé le professeur Rinaldo Giancola, spécialiste en Orthopédie et Traumatologie, à l’hôpital San Pier Damiano de Faenza et à l’hôpital GB Mangioni de Lecco.

  • Qu'est-ce que la "dysplasie"?

La dysplasie de la hanche est la fuite totale ou partielle de la tête fémorale hors de son site naturel des supports de coterie; on parle de dysplasie lorsque le développement et la maturation des deux composants de l'articulation, à savoir le bassin et le fémur, sont altérés. Avec la dysplasie tête du fémur il n'est pas couvert et suffisamment contenu dans l'acétabulum (la cavité en forme de bassin). C'est parmi les malformations squelettiques plus fréquentes à la naissance. La hanche est en fait une articulation assez complexe: au cours de la vie intra-utérine et des premières années, elle change profondément en prenant les caractéristiques anatomiques définitives de la maturité. Chez le nouveau-né, bien sûr, les hanches ne sont pas encore matures: l'articulation est encore principalement constituée de cartilage et, de plus, le bassin ne peut entourer qu'une partie de la tête fémorale.

  • Est-il possible d'identifier les causes ou les facteurs de risque?

la les causes ils sont nombreux et difficiles à identifier. La familiarité est importante. le sexe féminin est plus fréquent environ 5 fois plus que le mâle et est le premier enfant le plus touché. Facteurs de risque: la prédisposition génétiqueTout d'abord (souvent il y a plus de cas dans la même famille, parfois non diagnostiqués pour leur légèreté). Ensuite, il y a une association avec certains syndromes génétiques caractérisé par une hyperlassicité ligamenteuse telle que le S. de Marfan et celle d’Ehlers-Danlos. Cette pathologie est souvent associée à des syndromes congénitaux ou à d'autres malformations (pied bot, torticolis mycogénique, adduit métatarsien, scoliose).

  • Quels sont les symptĂ´mes les plus Ă©vidents?

Il est peu probable qu'un parent remarque la présence de la maladie au cours des premiers mois de sa vie. pour cette raison, l'examen clinique est important et doit être effectué par un spécialiste. L’examen médical permet de détecter certains symptômes, signes d’instabilité articulaire, au travers de deux manoeuvres fondamentales: la soi-disant manœuvre d'Ortolani ou le Test de Barlow qui sont complètement indolores mais doivent toujours être effectuées par du personnel qualifié. Au cours de l'exécution de ces deux manœuvres, si l'articulation ne s'est pas développée correctement, on se sent cliquez (la note "clac"): cela signifie que la tête du fémur est revenue ou est sortie du bassin et ne s’articule pas correctement avec le cotyle. autres manifestations évidentes je suis leasymétrie entre les deux membres, ce qui est particulièrement évident au niveau des plis cutanés des cuisses et des fesses, de la fissure vulvaire et de la rotation du membre: ces signes ne sont pas déterminants, car ils sont présents chez les bébés en bonne santé et n’ont pas une grande utilité pour le diagnostic, mais seulement pour le diagnostic. poser un soupçon clinique possible. Quand le bébé commence à marcher, à la place, en plus du boiterie et au retard de marcher lui-même, qui commence habituellement pas avant 18-24 mois de viesi vous êtes affecté, vous pourrez voir chez le patient une raccourcissement du membre affecté par rapport à l'autre (bien sûr que dans les cas monolatéraux). Lors de la visite, par contre, on sera évident entre des mains expertes déformation du profil de la hanche et une extra-rotation du membre, il sera possible de palper la tête dans une position anormale par rapport à la normale et les tests cliniques seront positifs.

Le conseil du NAS sur le premier mois du bébé
  • Comment diagnostique-t-on la dysplasie de la hanche chez un nouveau-nĂ©?

Le spécialiste en orthopédie effectue manoeuvres, après quoi vous faites un échographie dans les premiers mois de la vie (dans les 3-6 premiers mois). Cet examen permet de mettre en évidence la forme des hanches dans les composants cartilagineux et osseux. Voyons donc le défauts de développement bien avant la radiographie qui ne voit que le composant osseux et peut faire un traitement opportun et adéquat: grâce à l'échographie, il est possible de mettre en évidence le degré de développement des hanches, les divers degrés de dysplasie, la présence de luxation. L'échographie doit être limitée aux patients positifs pour les manœuvres d'Ortolani et Barlow; Cependant, il est maintenant courant, compte tenu du caractère invasif de l'examen, de l'exécution de l'échographie à tous les nouveau-nés.

  • Et chez un enfant?

À travers un examen radiographique: le RX ne peut être effectué que après 4-6 mois de vie. Auparavant, les os du bébé, à cet endroit, étaient encore en grande partie constitués de cartilage et la radiographie était inutile. Plus tard, au contraire, acquiert une importance fondamentale, car avec la radiographie, il est possible de suivre laévolution de la pathologie de manière beaucoup plus précise et reproductible: il convient toutefois de souligner que les rayons X exposent l'enfant aux risques intrinsèques des rayonnements. Les autres tests utilisés sont le TAC et la résonance magnétique, cependant, utiles uniquement dans les cas qui ont été conclus au cours du traitement.

  • Comment un parent devrait-il se comporter si un nouveau-nĂ© est diagnostiquĂ© avec une dysplasie?

Vous devez contacter un centre spécialisé en orthopédie pédiatrique.

  • On parle souvent de degrĂ©s en relation avec la dysplasie de la hanche chez le nouveau-nĂ©. Que voulez-vous dire?

Plus que des degrés aujourd'hui on parle de traitements en fonction de l'âge après avoir posé le diagnostic. Ils ont été distingués 5 groupes allant de la naissance à l'adolescence et par conséquent des traitements conservateurs puis chirurgicaux.

  • Quels sont les traitements possibles?

Les traitements possibles vont de tuteur, qui s’applique de la naissance jusqu’à l’âge de 3 à 6 mois, jusqu’aux interventions chirurgicales chez les personnes âgées. En fonction deampleur de la malformation et à partir du moment où il est diagnostiqué, il est possible d'effectuer des traitements spécifiques ayant une durée et un caractère invasif différents. la remède contre la dysplasie a pour but de maintenir la tête fémorale autant que possible à l'intérieur du cotyle pour permettre le remodelage du cotyle lui-même avec la tête fémorale. Pour cette raison, les jambes de l’enfant doivent être maintenues étendues vers l’extérieur et fléchies, en portant un dépresseur. Le tuteur doit être utilisé à plein temps (jour et nuit) pendant des périodes allant de 4 à 8 mois, en suivant de près l'évolution des hanches par échographie et radiographie. Quand tu es face à cas de hanche luxée irréductible, c’est-à-dire que vous ne pouvez pas remettre à l’intérieur du cotyle, vous devez recourir àintervention la chirurgie. En cas de luxation dans laquelle le diagnostic a été retardé, une reconstruction de la composante osseuse doit être utilisée pour rétablir l'anatomie correcte de l'articulation. La tendance de la dysplasie à s'aggraver avec le temps oblige à prendre plus de traitements tôt possible.

  • Quand faut-il intervenir avec une prothèse ou un tuteur?

Dans les cas où le tuteur n'est pas décisif, il est nécessaire de passer à des traitements plus invasifs. A ce stade, la réduction et l'immobilisation dans le plâtre jouent un rôle. Il s'agit d'en appliquer un traction sur le membre malade, par un moyen approprié leggingpendant 2 à 4 semaines: la traction permet de réduire progressivement la tête du fémur au sein du cotyle, en évitant les tractions soudaines ou les réductions susceptibles de nuire aux structures anatomiques. Puis le membre est placé dans craie en position de réduction, à conserver au maximum 3 mois puis à passer à un plastique ou à un autre matériau composite. L’intervention prothétique est indiquée par patients adultes qui présentent un symptôme douloureux de la marche ou pour le plus grave ou diagnostiqué plus tard, ou ceux caractérisés par une plus grande instabilité. Comme nous l’avons déjà mentionné, le dysplasie de la hanchemême dans les cas qui n'atteignent pas les stades les plus avancés, il provoque la destruction complète de l'articulation, avec l'apparition de la coxarthrose ou même une nécrose de la tête fémorale: dans ce cas, la seule intervention possible est le remplacement prothétique. la prothèse de hanche dysplasique c'est souvent plus complexe que les autres; il peut être nécessaire d'utiliser des prothèses "sur mesure", adaptées au patient.

  • Que recommanderiez-vous aux nouveaux parents pour poser un diagnostic au bon moment et empĂŞcher cette anomalie d'empĂŞcher l'enfant de bien marcher?

Je recommande absolument une visite chez un spécialiste en orthopédie pédiatrique.

Vidéo: [Avec Allodocteurs] Ostéochondrite de la hanche chez l'enfant