Enceinte et séropositive: elle ne renonce pas à devenir mère


Une femme britannique choisit d'avoir des enfants malgré son statut VIH

Dans Cet Article:

Grossesse et SIDA

Une britannique VIH positif il choisit d'avoir des enfants, confiant en la bonne fortune. Amanda, interrogé par le Daily Mail, révèle que même si l'enfant devait avoirHIV ce ne sera pas la fin du monde.

Amanda est enceinte et a déjà une fille de 21 mois, Saabira, qui heureusement n'a pas le virus.

Mais allons dans l'ordre et racontons son histoire.

Amanda est VIH positif mais il ne renonce pas à son désir de maternité. Son mari, Ali, a défié la maladie et a eu des relations sexuelles non protégées avec elle pour avoir une fille. Le petit Saabira est né sans VIH et aujourd’hui a 21 mois. Mais le couple ne s’est pas arrêté là et a décidé de donner un petit frère au bébé et d’avoir un deuxième enfant.

la test de grossesse Les résultats ont été positifs et Amanda a découvert qu'elle était enceinte pour la deuxième fois. La naissance de l'enfant est prévue pour juin et nous devrons attendre un peu avant de savoir si même le deuxième bébé aura eu la même chance que la petite soeur.

Les premiers tests seront effectués immédiatement après la naissance, puis une seconde vérification sera effectuée après trois mois.

Amanda a annoncé qu'elle ne voulait pas s'arrêter ici. Si c’est aussi une fille, elle al’intention de réessayer pour la troisième fois d’en obtenir une mâle.

Vaccin pédiatrique contre le SIDA, ils en font l'expérience au Bambin Gesù

A la question du journaliste s'il n'est pas inutile de courir plusieurs risques, Amanda a répondu qu'elle ne pensait pas être téméraire en exposant l'enfant à naître au danger de contagion, car au final, chaque grossesse comporte des risques. Et souligne que grâce à médicaments antirétroviraux pendant la grossesse, la possibilité que l'enfant soit né séropositif est inférieure à 1%; un pourcentage plus élevé que celui d'avoir un enfant trisomique si vous êtes enceinte de 40 ans.
Controversé, cependant, sa déclaration selon laquelle

même si l'enfant était né avec le VIH, ce ne serait pas la fin du monde

Il est vrai que grâce à progrès Aujourd’hui, les personnes séropositives ont la même espérance de vie que les personnes non séropositives, mais doivent néanmoins prendre des médicaments tous les jours pour la vie. Sans oublier que le coût de traitement anti-VIH c'est autour du sept mille livres par anun traitement à vie pèse donc dans la poche un bon demi-million de livres.

Le ventre au deuxième mois de grossesse

Comment la bosse de bébé grandit en neuf mois (9 images) Neuf photos pendant neuf mois pour suivre l'évolution de la bosse du bébé

Dans le monde, de nombreux enfants séropositifs mènent une vie normale. Comment pouvons-nous affirmer qu'il serait préférable qu'ils ne naissent jamais? La stigmatisation qui afflige les personnes séropositives pour le VIH résiste toujours et les gens ne comprennent pas que pour la plupart des gens, le VIH est une maladie gérable qui ne doit pas affecter la vie.

Elle déclare Amanda, qui a déjà une fille de 14 ans issue d'une relation antérieure qui vit avec son père. Amanda a contracté le VIH de son ex-partenaire, elle a découvert qu'elle était séropositive uniquement après avoir quitté son partenaire lors d'un examen de routine.
Après la consternation initiale, Amanda a décidé d'aller de l'avant et de vivre avec elle état sans être fortement influencé dans la vie quotidienne.

J'ai compris que le VIH est une peine à perpétuité, pas une peine de mort

Enfant guéri du SIDA, une avancée?

Heureusement sa système immunitaire fonctionne bien et est très efficace pour maintenir la maladie sous contrôle, au point qu'Amanda ne prend actuellement aucun médicament. Son charge virale il est si bas qu'il est considéré comme "indétectable" et il est presque impossible qu'il puisse transmettre le virus à quelqu'un.

Mener une grossesse avec le VIH

Il y a des dieux médicaments antirétroviraux celles prises pendant la grossesse réduisent considérablement le risque de transmission verticale - de la mère à l’enfant - du virus. Grâce à ces médicaments, le virus ne peut pas le vaincre barrière placentaire et atteindre le fœtus. Sans ces médicaments, la probabilité que l'enfant naisse est infectée un sur quatre; mais Amanda n'a même pas à prendre ces médicaments puisque sa charge virale est très faible
la Collège royal des obstétriciens et gynécologues conseiller les femmes séropositives qui envisagent de devenir enceintes avant que les médicaments réduisent leur charge virale avant de concevoir.

Vidéo: LE DIEU DE VOICI L'HOMME EN ACTION,TEMOIGNAGE CHOC D'UNE SOEUR GUÉRIE DU SIDA