Explosion d'une mère: je n'existe plus!


Sur notre forum, l'effusion de la mère de deux enfants: notre pédagogue lui conseille comment ne plus se sentir comme une femme annulée par la maternité

Dans Cet Article:

Je suis maman et je n'existe plus

Sur le forum de behappyfamily, une mère est vague et demande conseil à d’autres mères et à notre pédagogiste: sa fille s’est attachée à elle de manière morbide et est jalouse de l’arrivée de la petite soeur. Le résultat est que cette mère sent qu'elle n'existe plus, elle n'a plus d'espace et de temps pour se consacrer à elle-même, même dans de petites choses. Un sentiment commun à beaucoup de nouvelles mères ou de femmes ayant des enfants en bas âge: les jours passent pour répondre aux besoins de nos enfants recherche constante de maman. Et il est difficile de trouver le bon moment pour prendre une douche, un appel téléphonique: des choses simples qui soudainement, depuis l'arrivée des enfants, semblent être devenues des défis impossibles! Mais vraiment nous n'existons plus? Qu'est-ce qui ne va pas et que pouvons-nous faire pour rendre nos enfants plus indépendants et nous faire gagner du temps? Voyons voir.

Le problème n’est pas que je n’existe plus: en tant que femme (je n’ai même pas le temps de prendre une douche), en tant qu’avocate (je ne travaille plus), en tant qu’ami (je n’ai même plus le temps de bavarder au téléphone). Donc tout cela me met mal à l'aise, mais le vrai problème est la raison de cette situation: Serena, ma fille de 19 mois a toujours été avec moi depuis sa naissance, je ne l'ai laissée à ma mère que lorsque, fin septembre cette année, mon deuxième enfant est né, Giusy, qui a 40 jours. J'ai dit que le problème est Serena. Déjà pendant cet été, quand j'étais encore enceinte, elle avait eu un moche morbide pour moi et il était difficile d'être près d'elle avec les maux liés aux derniers mois de la grossesse: toute la journée assise par terre à jouer avec elle. Cela m'a fait contracter à l'avance et ainsi Giusy est né 20 jours avant...

Le problème est que Serena ne peut pas jouer seule: elle s’ennuie et a donc besoin de ma présence constante. Mais pas quand je me lève le matin, puis-je m'asseoir sur le canapé en train de jouer avec elle et y rester toute la journée?

Si j'essaie de cuisiner, elle s'accroche à mes jambes. si je prends une douche, elle vide entre-temps les tiroirs de la salle de bain, puis si elle est assise sur le canapé en train de regarder les dessins animés et que je m'éloigne un instant, peut-être pour boire, elle m'appelle continuellement: maman, maman. En bref: ils sont à la limite.

Pourtant, je l'implique dans tout ce que je fais. Je lui dis: peux-tu m'aider à faire le lit? Mettre en ordre? Et tant que je fais le tour de la maison pour me réorganiser, elle me suit et «m'aide», mais quand je termine, il n’ya aucun moyen d’être un peu en paix: je m’y suis assise par terre pour jouer avec elle ou devenir capricieuse et gémissante. Je ne vous dis pas quand les cris sont au téléphone.

Avec son père il n'y a même pas pour longtemps. S'il le garde et que je vais aux toilettes, au bout de deux minutes, il est dehors et m'appelle; s'il perd sa tétine pendant qu'il dort et se réveille et va son père, il m'appelle pleurer désespérément; la nuit, dans son sommeil, il m'appelle et tend la main parce qu'il veut me toucher (Serena dort avec son berceau approché de mon lit). Je pensais que c'était l'arrivée de la sœur qui l'avait rendue comme ça, mais elle pensait que c'était même avant: elle a toujours demandé ma présence. le fait est que maintenant je ne peux plus le supporter, je suis fatigué, j'aimerais que vous soyez un peu plus autonome, peut-être même apprendre à jouer seul. faJ'ai eu tort de consacrer tout mon temps? Comment puis-je leur apprendre à devenir un peu plus autonome? Aussi parce que sa dépendance à mon égard m'empêche de la quitter, même pour une heure: j'ai toujours peur qu'elle souffre sans moi.

Être une mère heureuse

Nos réponses pédagogue:

Chère maman,

malheureusement, un cercle vicieux a été créé et il sera très difficile à rompre. Très probablement, le bébé a besoin de son attention constante car c'est une routine pour elle. N'ayant jamais été seule avec quelqu'un d'autre, il est naturel pour elle qu'il n'y ait que sa mère.

L'année prochaine, le bébé ira à la maternelle et il lui sera difficile de s'y habituer.

Si elle a peur de quitter d'abord l'enfant parce qu'elle a peur que le bébé lui fasse mal, ce sera sûrement le cas.
Au lieu de cela, ce n'est pas vrai du tout.

En cherchant à l'intérieur de vous pour trouver la meilleure solution, commencez à vous fier aux grands-mères si vous le pouvez, cherchez une salle de jeux où l'enfant peut assister pour socialiser, envoyez-la faire une promenade (pour ne pas rester à la maison) avec le père et essayez de découper ses espaces.

Pas seulement ça. Le petit Giusy a besoin d'elle. Soyez aidé dans la gestion de Serena par les grands-parents, les amis, le mari et la salle de jeux, vous verrez que vous le ferez tous les deux.

Vidéo: La Bombe Nucléaire: Images déclassifiées Full HD