La Stanza delle Meraviglie, du 14 juin au cinéma


La chambre des merveilles, la critique de film de Todd Haynes, basée sur le roman de Brian Selznick. Une lecture captivante et passionnante d'une histoire qui traite du thème de la surdité chez les enfants, du 14 juin au cinéma

Dans Cet Article:

La chambre des merveilles, la revue

Nous sommes tous dans la boue, mais certains d'entre nous regardent vers les Ă©toiles.
(Oscar Wilde)

L’éditeur de behappyfamily a été invité à l’aperçu avant impression du film "La chambre des merveilles"basé sur le roman de Brian Selznick avec Michelle Williams et Julianne Moore, du 14 juin au cinéma.

La chambre des merveilles est un endroit où il n'y a pas besoin de parler, parce que le silence devient plus expressif que beaucoup de mots. La chambre des merveilles est un musée de souvenirs et passions où les questions et les doutes, suspendus aux fils du temps, sont répondus. La chambre des merveilles c'est un endroit magique où une connexion est créée entre les mémoires, l'espace et le temps; où des événements et des personnages apparemment lointains se rencontrent et génèrent crainte et émerveillement.

C’est un espace où le noir et le blanc se marient à la couleur, les mots épousant des images dans une atmosphère magique qui ouvre des possibilités infinies. La salle des merveilles est le lieu à partir duquel deux histoires et deux voyages surprenants de deux enfants sourds, apparemment distants, mais incroyablement proches, se rejoignent. Un musée où se dévoile le secret du lien mystérieux entre les deux protagonistes, Rose et Ben.

Deux histoires avec peu de mots, comme le livre dont est tiré le film, mais avec des images et des illustrations qui savent aller au cœur du spectateur et du lecteur. Un roman graphique duquel est né un film qui sait mêler habilement et avec une touche de magie l'art et le noir et blanc du film muet à la couleur d'un film des années 70. Et si le lecteur a le plaisir de vivre une expérience singulière de lecture, le spectateur, initialement séparé de deux mondes apparemment lointains, ouvre une aventure magique qui surprendra et bougera en même temps.

Affiche Wonder Room

La salle de merveille, le film | PHOTOS (24 images) La salle de merveille, le film | Les photos du film "The Room of Wonders" extraites du livre de Brian Selznick

synopsis

Né sourd, la petite rose elle vit avec un père qui ne la comprend pas et voudrait la garder cachée dans le monde, mais elle le fera un jour s'enfuir à New York où il espère rencontrer la star de cinéma muet Lillian Mayhew. Le grand paysage urbain del'âge du jazz, se raconte à travers les yeux de Rose, dans tout le silence qui entoure sa vie.

La deuxième histoire reprend vie cinquante ans plus tard: un autre garçon, par son nom Ben, il part seul pour New York, à la recherche du père qu'il n'a jamais rencontré. Ben n'a pas toujours été sourd; il le devient après un accident. C'est pourquoi, pour raconter son parcours, le réalisateur a d'abord opté pour une histoire en couleurs, plus traditionnelle avec des mots et des images, puis plus attentive à l'aspect visuel.

Ben et Rose éprouvent souvent les mêmes difficultés, mais leurs mémoires, intentions et capacités respectives sont différentes. À la fin, leurs histoires se mêlent: la fille qui était autrefois Rose est maintenant une femme adulte qui garde le secret de l'identité de Ben. Dans le livre, Selznick amène le lecteur dans un voyage dans lequel les deux histoires s'alternent et dans lesquelles l'auteur passe habilement entre deux manières différentes d'écrire.

Ce que le lecteur "voit" dans l'histoire de Rose remet en question le langage; Ce que "ressent" dans sa tĂŞte, Ă  travers les mots de l'histoire de Ben, illumine son fantasme visuel comme aucun mot ne pourrait le faire.

Le thème de la surdité

Brian Selznick, auteur du livre, il a eu l’idée quand il a vu à la télévision un documentaire intitulé "Through Deaf Eyes". Il dit:

Dans le documentaire, il y a une personne qui définit la culture des sourds, une culture visuelle parce que les sourds parlent à travers des signes et non des mots - explique Selznick.- Cela m'a inspiré d'écrire le livre en l'enrichissant d'images pour accompagner l'histoire d'un fille sourde; de cette manière, le livre aurait exprimé la manière dont Rose vit sa vie, c'est-à-dire visuellement...

Comme indiqué Sandy Powell, le concepteur est un gagnant de plusieurs Oscars, le thème de la surdité est un sujet presque sans précédent dans le cinéma, qui, dans "La chambre des merveilles", grâce à cela danse entre sons, images et silence il est traité dans une clé qui implique et excite le spectateur. Une interprétation intéressante et magique qui aide à comprendre la perspective et le mode de vie des deux protagonistes et leur perception du monde environnant.

J'ai vraiment apprécié l'attention de l'écrivain et du réalisateur pour le monde des sourds. Le cinéma n'offre pas beaucoup d'histoires d'enfants qui ne peuvent pas entendre. Et la beauté de ce film réside dans la capacité du réalisateur et scénariste à laisser le spectateur entrer en profondeur, sans aucun soutien extérieur, dans la manière de percevoir le monde par une personne malentendante. Il n’ya pas de sous-titres ni d’autres outils narratifs, mais ceux qui regardent le film, s’appuyant avant tout sur des sensations visuelles et sur celles du cœur, peuvent entrer en contact avec les protagonistes sans avoir besoin d’aide.

Ce qui m'a frappé, c'est la façon dont les deux histoires interagissent sans son et d'une manière très différente entre eux. Il semble danser selon un rythme harmonieux qui alterne sons environnementaux, musique, silence et images. Cela crée une bande-son pleine de perspectives et de nuances différentes qui accompagne l'alternance entre la réalité objective et la perception subjective de Ben et Rose.

Haynes et son équipe ont travaillé dur pour insérer la surdité dans tout le processus de création du film., de différentes manières. Par exemple, comme nous le lisons dans les articles de presse du film, sept acteurs sourds ont été interprétés comme des personnages entendants. La sourde la plus connue était Lauren Ridloff, qui interprète Pearl, la servante. En outre, il y avait le Dr. Gill, le professeur sourd, l'un des policiers, Mlle Conrad (qui travaille au musée) et le directeur et l'acteur principal du théâtre. Étant donné que tous peuplent la partie "muette" du film, ils peuvent interpréter les personnages entendants. Beaucoup d'entre eux viennent du théâtre des sourds et ont enrichi le film de leurs expériences et de leur point de vue. C’est une manière particulière et originale pour les artistes sourds de collaborer au traitement du film.

De même, Haynes a décidé d'offrir à la troupe des acteurs de l'audition l'opportunité d'explorer la, en utilisant de vieux exercices d’acting menés avec une nouvelle technologie. Le jeune Oakes Fegley (qui joue Ben) portait des écouteurs qui éliminent le bruit tout en se promenant dans la région de New York où l’action se déroule. Haynes explique:

C'est certainement une méthode plutôt réductrice, mais efficace, de faire comprendre aux gens ce que ressent une personne sourde au quotidien; il nous a fait comprendre que la perception est améliorée lorsque la gamme des sens diminue et que l'expérience est amplifiée. Je n'oublierai jamais les couleurs et les images de cet après-midi. J'ai enregistré le monde, avec ses couleurs, ses odeurs mais sans entendre ses sons, et j'ai été frappé par la façon dont la lumière se reflétait dans la rue, dans les bâtiments. Lorsque nous avons retiré les écouteurs isolants, tout semblait moins éclatant

Des années 20 aux années 70

La distance temporelle et narrative entre les événements des protagonistes il laisse place à la créativité et trouve un point de contact dans la magie et dans le regard curieux, étonné et parfois effrayé, typique de l'enfance.

Le directeur Todd Haynes a déclaré à ce propos:

Le livre travaille à un niveau plus profond, évoque l'imagination, nous permet de remplir des espaces de manière indépendante, de s'approprier l'histoire et de la personnaliser. Le récit a essentiellement «demandé» à être transformé en film, en particulier dans la manière dont il se développe autour de deux périodes historiques bien définies en l'espace de cinquante ans, dans le contexte de la même ville, créant ainsi une continuité d'espace.

Ajoute le producteur John Sloss:

L’histoire fonctionne bien car elle contraste avec 1927, moment d’ascension et d’espoir d’une ville en expansion, jusqu’en 1977, point le plus bas de l’histoire de la ville, où tout s’est effondré, ce qui est tout à fait vrai et documenté.

Le film sera apprécié par les familles, en raison de la présence d'enfants, adultes et La jeune femme Millicent Simmonds, qui interprète Rose comme un jeune homme, qui communique avec ses mains, commente la valeur de "La chambre des merveilles" au-delà des thèmes les plus évidents du film.

Je pense que le film aidera beaucoup d’enfants sourds - explique -. Il leur montrera qu'ils peuvent tout faire, tout ce qu'ils veulent faire. Cela aidera également ceux qui se sentent à comprendre comment vivent les sourds, les difficultés qu’ils rencontrent. Je suis heureux de pouvoir diffuser ce message. Je veux continuer à jouer - conclut-il. "Et si je deviens une actrice, je peux encourager les parents qui se sentent, apprennent la langue des signes à communiquer avec leurs enfants et à développer une meilleure relation avec eux. Parce que c'est possible! Les enfants sourds peuvent tout faire. La seule chose que nous ne pouvons pas faire est de ressentir, mais nous pouvons lire, être actif, devenir important, car nous avons tous les autres sens. Les personnes sourdes sont très expressives et peuvent utiliser un langage corporel et de nombreuses expressions faciales pour raconter une histoire.

Informations sur le film

  • sortie: 14 juin
  • DurĂ©e: 1h 57 '
  • Directeur: TODD HAYNES
  • ScĂ©nariste et auteur du livre: BRIAN SELZNICK
  • Producteur dĂ©lĂ©guĂ©: SANDY POWELL
  • BasĂ© sur le roman de Brian Selznick "La chambre des merveilles"
  • Distribution: 01 Distribution

Bande-annonce du film

Vidéo: Trailer: «Wonderstruck» (2017)