Gifles et fessées: un parent sur quatre leur donne


Un quart des parents italiens utilisent les châtiments corporels comme les gifles et la fessée comme méthode édicative. Un pourcentage qui monte à 53% en cas de situations extrêmes. Ceci est révélé par une recherche de Save the Children

Dans Cet Article:

Fessée aux enfants

Un quart des parents Les Italiens utilisent le châtiment corporel comme des gifles et la fessée comme méthode édicative. Un pourcentage qui monte à 53% en cas de situations extrêmes. Ceci est révélé par une étude de Save the Children réalisée par Ipsos et distribuée lors de la conférence de Cismai 'Crescere senza Violenza. Politiques, stratégies et méthodes ».

Selon les données, les parents italiens considèrent leur rôle éducatif comme un équilibre permanent entre affection et punition, mais ils sont considérés moins grave par rapport à leurs parents. Dans l'éducation donnée aux enfants, les parents italiens conçoivent l'éducation des enfants selon ces critères: l'affection prévaut (37%), suivie du dialogue (30%), puis des règles (23%), et enfin punition (10%).

Comment gronder les enfants

La recherche montre également que les parents d'aujourd'hui apprécient les valeurs transmises par leurs parents, mais moins les systèmes éducatifs utilisés dans le passé qui, sans être autoritaires, ils étaient trop peu orientés vers le dialogue. En moyenne, 59% d'entre eux se disent en réalité moins sévères que leurs parents, ce pourcentage atteignant 68% chez les parents d'enfants plus âgés.
Et si une punition est nécessaire, les plus efficaces sont considérés l'imposition d'une restriction (en moyenne 71% des parents), "Gronder les enfants par décision" (32%) e "les forcer à mener des activités indésirables"'(21%). Cependant, parmi les parents d’enfants âgés de 3 à 5 ans, 14% jugent utile de recourir à la fessée, un pourcentage qui devient 10% pour ceux avec des enfants âgés de 6 à 10 ans.
Mais combien de fois agissez-vous en giflant vos enfants? Certes, la pratique est très réduite par rapport à une époque donnée, mais il reste un pourcentage de parents qui utilisent la gifle comme méthode corrective (25%, dont une plus petite part de 2% le fait presque tous les jours, tandis que 23% il le fait parfois en un mois). 19% en moyenne déclarent qu’il n’est jamais arrivé de recourir à la gifle et de s’opposer résolument à ces méthodes (pourcentage qui monte à 21% pour les parents d’adolescents âgés de 11 à 16 ans), ou de ne pas les utiliser presque jamais (57% en moyenne, atteignant 70% dans le cas des enfants plus âgés).
Toutefois, dans des situations limitées, pas moins de 53% des parents italiens déclarent avoir recours à des châtiments corporels, ce pourcentage étant de 63% chez les parents d'enfants plus jeunes et de 40% chez les adolescents. Le reste de l'échantillon prétend ne pas avoir jamais donné une gifle à leurs enfants, même si 25% d’entre eux disent avoir été tentés
Source: Adnkronos

Vidéo: La Gifle film de prevention des violences éducatives ordinaires "il n'y a pas de petite claque