Accouchement Racconti: l'expérience d'une sage-femme


La sage-femme Barbara Colombo nous parle de la première naissance à laquelle elle a assisté. Une aventure passionnante vue sous un angle différent mais tout aussi engageant

Dans Cet Article:

Accouchement raconté par une sage-femme

Aujourd'hui, je veux vous raconter l'histoire et les émotions de la première naissance à laquelle j'ai assisté.
Cela fait plusieurs années maintenant, mais je me souviens toujours de ce qui s'est passé exactement ce jour-là.
Une fois que j'ai fini l'université, je me suis retrouvé dans un salle d'accouchement avec mes anciens camarades de classe, c’était maintenant à nous d’être en première ligne et de rester avec eux mamans dans leur moment le plus difficile et excitant.

C'était le soir, vers 20 heures, A. arrive avec son ventre, accompagné de son mari. C'est son premier bébé, elle a très peur et n’a pas beaucoup résisté à la maison. Après une heure de la première contraction est déjà à l'hôpital. De la visite, je constate que le travail c'est très initial, environ 2-3cm. La route sera encore longue. Nous organisons A. dans salle d'accouchementet je suis prêt à être avec elle pendant toute la durée du travail. Entre un contraction et l'autre est encore long et A. parvient à se reposer, à dormir, parfois en russe, et parvient à s'endormir facilement.

Ils passent quelques heures, je fais une nouvelle visite et je peux voir comment le travail Continuez avec son temps, nous sommes autour de 5 centimètres, l’enfant va bien et nous sommes donc tous détendus et détendus. la contractions elles deviennent plus intenses et fréquentes, le repos entre elles diminue, A. demande à son mari de la frotter contre le dos, elle se sent douleur dans la région lombaire et ensuite nous essayons une nouvelle position: à quatre pattes sur le lit reposant sur le ballon, il sera ainsi plus facile de masser le dos. Vers 2 heures du matin, vous entendez un petit bruit... une pause, un claquement de doigts... l'eau se brise et A. ne sait pas s'il faut rire ou avoir peur de tout ce liquide clair qui a presque l'air de pisser.

La fatigue de chacun commence à se faire sentir, le mari assis à côté d'elle alors qu'il n'a pas contractions il ferme les yeux et se lève, mais toujours en tenant sa main. Aussi je suis très fatigué, le travail Il a son heure mais la nuit est difficile à rester éveillé si la seule chose à faire est d’attendre.
Arrivez 5 et maintenant pour A. il n'y a pas de trêve, le contractions ils sont à chaque minute, ils sont forts, sans pauses et elle vient pour pousser, mais je ne sens toujours pas la tête du bébé.

L'histoire d'une naissance Ă  la maison avec naissance de lotus

Nous changeons encore de position, nous essayons de nous lever, la force de gravité aidera l'enfant à tomber pendant la contraction et A. accroupi sera capable de mieux pousser.
La position fonctionne, A. fait appel à toutes ses forces et la petite fille avance à grands pas vers le moment de la naissance. À un moment donné, il n'est plus dans cette position et décide de revenir à la position à quatre pattes, c'est ainsi qu'il souhaite que le bébé naisse.
Pas de problème, juste pour nous sages-femmes change l'orientation de l'assistance mais si la mère est la position la plus confortable, celle-ci sera sûrement aussi la plus facile pour l'accouchement. A. commence à pousser avec la contraction, au début, je ne comprends pas comment coordonner le souffle, mais après quelques minutes, tout est ajusté.

La douleur est maximale maintenant, il ne voulait pas lapéridurale et maintenant il sent les tissus qui s'étendent et se dilatent lentement. Lentement, la tête avance, deux pas en avant, un pas en arrière pour ne pas exagérer la pression, ne pas déchirer les tissus de la mère.
Il est 7 heures du matin lorsque la mère épuisée s'exclame: "donnez-moi la césarienne!" rire général, nous savons que cette phrase correspond à la naissance imminente. Et en fait, après deux poussées, la tête ressort.

La grossesse Ă  risque: l'histoire de l'accouchement

Je demande à A. si elle veut la toucher, si elle veut sentir les cheveux de son bébé. Elle me dit que peut-être que ça la rend un peu dégoûtante mais qu'elle va le faire, commence à pleurer de joie et à lui parler enfant comme s'il était déjà né.
Il ne reste qu'un petit effort, une poussée et une belle petite fille grassouillet avec beaucoup de cheveux est née, le père pleure de joie, la mère aussi et je suis vraiment émue aussi.
Je mets le bébé sur le ventre de A. pour le maintenir au chaud et commence à se lier les uns aux autres. Une fois que le cordon ombilical a cessé de battre, j'appelle papa avec les larmes aux yeux et sa main tremblante le coupe.
Après environ 5 minutes, le placenta sort également, le naissance cela peut être considéré comme conclu et voir les deux nouveaux parents si heureux me rend heureux aussi.
Chers mères pour une fois, je tiens à vous remercier chaque fois que vous nous quittez des histoires à raconter, d’émotions fortes et uniques. Chaque histoire, chaque naissance est une aventure merveilleuse pour vous, mais aussi pour ceux qui, comme moi, aident les enfants et les parents à venir au monde.

Vidéo: PEDOPHILIE DES ELITES FRANCAISES TEMOIGNAGE DE SEVERINE